Actualités
14 juin 2022

Qu’apprend-on du nouveau rapport du GIEC ?

Le rapport du GIEC a pour ambition de comprendre l’évolution du climat, d’évaluer et d’anticiper les conséquences du changement climatique, afin d’établir des stratégies d’action concrètes au service de la planète et de la société.

Le deuxième volet du rapport du GIEC 2021-2022 a rendu son verdict. Que disent les dernières données scientifiques ? Quels sont les points à retenir ?

Qu’est-ce que le GIEC ?

Le GIEC est une organisation intergouvernementale autonome ouverte à tous les pays de l’ONU. Comptant aujourd’hui 195 pays membres, le GIEC a pour mission de synthétiser les données scientifiques internationales reconnues et publiées, relatives à l’évolution du climat.

GIEC : qu’est-ce qui se cache derrière ces 4 lettres ?

Le GIEC signifie Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat traduit de l’anglais IPCC : International Panel on Climate Change.

Le GIEC est créé en 1988 à la demande du G7, afin de balayer tout risque de politisation de l’expertise climatique.

Il découle de deux institutions des Nations Unies : l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Le GIEC est une organisation indépendante et validée par un vote à l’assemblée générale des Nations Unies.

À quoi sert le GIEC ?

Le GIEC permet de dégager de manière claire, neutre et objective les éléments qui font consensus au sein de la communauté scientifique internationale à propos du climat, de son évolution et de ses conséquences.

Le rapport du GIEC sert également de base de recommandations et de négociations pour les dirigeants gouvernementaux et les organisations internationales comme ce fut le cas pour l’accord de Paris.

Comment travaille le GIEC ?

Le siège du GIEC se trouve à Genève en Suisse. Il accueille une à deux fois par an les sessions de séances plénières de l’assemblée générale du GIEC.

Plusieurs centaines de fonctionnaires, experts de différents ministères et instituts de recherche compétents des pays membres, en plus d’organisations observatrices, assistent aux sessions plénières. Les décisions majeures sont prises par le groupe, chaque représentant d’un pays membre comptant pour une voix.

Le bureau du GIEC est son organe exécutif. Il se compose d’une trentaine de membres dont le président, les vice-présidents du GIEC, les coprésidents des groupes de travail et leurs équipes.

  • Le premier groupe s’occupe des données scientifiques du changement climatique.
  • Le second évalue les conséquences du changement climatique, la vulnérabilité des systèmes socio-économiques et naturels ainsi que des solutions d’adaptation.
  • Le troisième groupe détermine les solutions et actions possibles afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre et d’atténuer le changement climatique.
  • Le groupe spécial est quant à lui responsable de l’inventaire des émissions de gaz à effet de serre.

Les membres du bureau sont élus pour un cycle complet variant de cinq à sept ans. Durant ce cycle, chaque groupe de travail publie un rapport d’évaluation correspondant au thème de recherche prédéfini. Des rapports spéciaux relatifs à des thèmes précis peuvent également être publiés.

Ceux-ci sont ensuite examinés et soumis à la validation des groupes de travail puis par les représentants d’États pour le résumé à destination des décideurs. Une fois les travaux des différents groupes publiés, validés et résumés, un rapport final de synthèse est produit.

Entre 1990 et 2022, six rapports ont été produits par le GIEC. Chaque rapport contient différents volumes de plusieurs milliers de pages chacun.

Le budget annuel du GIEC est évalué à environ 6 millions d’euros. Celui-ci est financé par les 195 États membres de l’ONU qui peuvent y contribuer de manière indépendante et volontaire.

Quelles sont les tendances de l’urbanisme de demain ?

Nouveau rapport du GIEC : les 4 points à retenir

Faisant suite au dernier rapport de synthèse de 2014, les deux premières parties du rapport du GIEC 2021-2022 ont été publiées. La première partie du rapport du GIEC publiée en août 2021 traitait de la compréhension physique du climat et du changement climatique et concluait que ce dernier s’accélère de façon considérable.

Rédigé par plus de 270 auteurs, représentants de 67 pays et basé sur plus de 34 000 études, le second volet du rapport du GIEC, sorti le 28 février 2022, revient sur les effets déjà observables du changement climatique.

Réchauffement climatique : des effets déjà visibles et irrémédiables

Les changements climatiques dus aux activités humaines entraînent d’ores et déjà des effets négatifs importants, synonymes de pertes et de dommages pour la nature et pour les populations.

Pour les animaux, le changement climatique provoque la migration ou l’extinction des espèces. Du côté des populations, entre 3,3 et 3,6 milliards vivent déjà dans des contextes vulnérables au changement climatique.

Les écosystèmes sont également frappés de plus en plus violemment par les conséquences du changement climatique. Les événements météorologiques extrêmes se multiplient et provoquent des effets irréversibles sur les systèmes naturels et humains.

L’augmentation de la chaleur, de la sécheresse et des feux de forêt

Le rapport du GIEC alerte sur l’augmentation importante des vagues de chaleur et de sécheresse, ainsi que leurs répercussions directes pour la biodiversité, l’économie et la santé humaine.

De plus, il est maintenant clairement reconnu que le changement climatique est le premier facteur responsable et aggravant des feux de forêt. En effet, les records d’incendies détectés dans le monde ne cessent d’être battus : 138 000 en 2020 contre plus de 187 000 en 2021.

C’est ainsi que de multiples feux dévastateurs ont frappé le monde en 2021, emportant des millions d’hectares de végétation dans les flammes et augmentant au passage la pollution atmosphérique. Californie, Australie, Sibérie, Brésil, Turquie, Grèce, Italie, Asie, Afrique, aucune région du monde n’est épargnée.

La hausse des précipitations extrêmes et l’élévation du niveau des mers

Les intempéries extrêmes mettent en danger les populations et les infrastructures côtières. C’est par exemple le cas dans les départements d’outre-mer, où les impacts du changement climatique sont déjà très présents : augmentation du niveau des eaux, cyclones tropicaux de plus en plus intenses, mise en péril des écosystèmes et blanchiment des coraux, augmentation des espèces invasives

Au total, c’est plus de 1 milliard d’habitants des régions côtières qui seront menacés par la montée des eaux et par les risques de submersions marines lors des tempêtes, d’ici à 2050.

Le Rapport du GIEC 2022 : impacts, adaptation et vulnérabilité

Dérèglement climatique : des pays très inégalitaires face à la menace

Dans certains pays du monde, le changement climatique vient aggraver des facteurs de vulnérabilité déjà présents.

Parmi eux, le taux de pauvreté extrême, le déficit d’accès aux services de santé et d’éducation, les problèmes d’accès aux infrastructures essentielles, la sécurité alimentaire non garantie ou encore l’instabilité politique.

Le rapport du GIEC met l’accent sur le continent africain qui est un parfait exemple des inégalités face au changement climatique. Bien que l’Afrique ne contribue que très faiblement aux émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale, elle subit de plein fouet l’impact du dérèglement climatique avec une baisse de la productivité agricole due au réchauffement climatique de 34 % depuis 1961.

Celle-ci entraîne par la suite une réduction de la croissance économique, une augmentation de la faim, de l’accès à l’eau et des inégalités, pour finir par une augmentation du taux de mortalité.

D’autres zones du monde comme l’Asie, l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud, ainsi que les petits États insulaires sont également plus vulnérables face au changement climatique, en comparaison à l’hémisphère nord.

Rapport du GIEC : Le changement climatique induit par l’homme provoque des pertes considérables

Des moyens insuffisants pour répondre à l’ampleur du problème

Même si l’investissement et les actions pour s’adapter au changement climatique se sont largement répandus dans le monde, ceux-ci sont jugés nettement insuffisants comparé à l’ampleur de la menace et à la vitesse de sa propagation.

D’après les auteurs du rapport, la fenêtre d’opportunité pour agir est de plus en plus étroite et les actions sociétales menées au cours de la prochaine décennie seront déterminantes.

Même en limitant la hausse de la température moyenne à 1,5 °C depuis le début de l’ère préindustrielle, l’humanité sera inévitablement confrontée à de multiples aléas climatiques au cours des deux prochaines décennies.

Leurs apparitions seront de plus en plus simultanées et les répercussions en cascade, de plus en plus difficiles à gérer : perte de biodiversité terrestre et marine, catastrophes climatiques, augmentation des feux de forêts ou encore des impacts sur les écosystèmes océaniques.

Celles-ci provoqueront ensuite des conséquences supplémentaires, parmi lesquelles pénuries, pauvreté, famines et conflits.

Pire, au rythme auquel le réchauffement accélère, la hausse de la température pourrait se chiffrer à 2,7 °C en plus d’ici à la fin du siècle, seuil au-delà duquel les répercussions seraient dramatiques.

Un constat sévère doublé d’un appel urgent à l’action

Ainsi, le constat est rude : manque de volonté politique, inadéquation des moyens mis en œuvre, écart grandissant entre les besoins et les actes, non-respect des engagements de la COP 26 de Glasgow en 2021 en termes de budget…

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres va même jusqu’à qualifier les résultats de ce rapport comme un “recueil de la souffrance humaine” et d’une “abdication criminelle des dirigeants mondiaux”.

Le président du GIEC Hoesung Lee, déclare, quant à lui, que ce rapport est “un terrible avertissement sur les conséquences de l’inaction”. Il appelle à “la mise en place d’actions urgentes et plus ambitieuses pour faire face aux risques climatiques” et affirme que “les demi-mesures ne sont plus une option”.

Alors que le troisième volet du rapport du GIEC consacré aux solutions d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre et du réchauffement climatique sera publié en avril 2022, les experts du GIEC alertent les dirigeants afin d’agir dès maintenant.

D’après les experts, la priorité doit être mise sur l’accélération du développement durable, l’augmentation des financements et engagements politiques, tout en agissant de manière massive pour préserver et consolider la nature et les écosystèmes.

Climat : les experts du GIEC s’alarment des conséquences énormes d’une planète en péril

L’urgence de repenser la ville

Actuellement, les villes abritent plus de la moitié de la population mondiale. D’ici à 2050, plus de 2,5 milliards d’habitants supplémentaires peupleront la terre, faisant grimper cette concentration urbaine à plus de 70 %.

Plus sensibles aux risques et aux impacts du dérèglement climatique, les villes offrent néanmoins des opportunités exceptionnelles pour lui faire face.

Le deuxième volet du sixième rapport du GIEC contient des recommandations visant à repenser les méthodes d’urbanisation face au changement climatique.

Parmi les mesures préconisées, l’accroissement des parcs et espaces ouverts, des jardins communautaires ou pluviaux ou encore des terrasses et toits verts sont mis en avant afin de créer un urbanisme durable et résilient face au changement climatique.

jardins de toit

idverde acteur de la nature au cœur de la ville

espaces verts en ville

Au côté de nombreux acteurs locaux, nationaux et internationaux, notre entreprise met son expertise à votre service pour favoriser la sauvegarde, la protection et le renforcement de la biodiversité dans les zones urbaines.

Notre société œuvre de manière professionnelle et responsable et vous accompagne durant toutes les étapes de vos projets, afin de créer des espaces verts à faibles émissions, économes en ressources, résilients et durables :

  • Maîtrise de l’impact écologique et réduction de l’empreinte carbone des chantiers
  • Utilisation de véhicules hybrides et d’équipements électriques
  • Techniques de gestion différenciées respectueuses de l’environnement
  • Travail collaboratif avec les associations locales pour la préservation de la faune et de la flore
  • Formation continue de nos collaborateurs aux bonnes pratiques environnementales
  • Travail avec des fournisseurs engagés au service de la planète
  • Animation et participation à des projets dédiés à la sensibilisation et à la protection de la biodiversité

La nature au cœur des villes : les bienfaits des espaces verts sur le climat

Conclusion

Alors que le changement climatique s’accélère et impacte de plus en plus de régions sur terre, le deuxième volet du rapport du GIEC 2022 fait figure d’avertissement et sonne l’alerte rouge pour les décideurs mondiaux, mais aussi pour tous les habitants de la planète.

Grâce à la création et à l’entretien d’espaces verts innovants et écoresponsables, idverde s’engage plus que jamais pour un avenir durable, au service des villes et de l’environnement.

Comment idverde améliore l’impact environnemental de ses projets ?

 

Crédit photos : Adriaan van Dam Fotografie & WK Films

Dernières actualités

Voir toutes les actualités

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies