• Accueil
  • Actualités
  • La nature au cœur des villes : les bienfaits des espaces verts sur le climat
Actualités
08 décembre 2021

La nature au cœur des villes : les bienfaits des espaces verts sur le climat

Ville et nature ne sont plus antinomiques. De nos jours, de plus en plus d’agglomérations souhaitent réconcilier les espaces urbains avec une végétation maîtrisée. Chaque nouvelle construction, ou projet citadin, intègre un espace vert et parfois, on assiste même au retour d’une végétation spontanée. Il faut savoir que les bienfaits des espaces verts sont nombreux : air purifié, régulation de la température ambiante, etc. Voyons pourquoi, et sous quelles formes, la nature réintègre aujourd’hui le cœur des villes.

Végétaliser les villes pour ralentir le réchauffement climatique

Le changement climatique est une réalité, mais il est possible de lutter contre cette hausse des températures grâce à la nature. En effet, les végétaux sont capables de rafraîchir les alentours de leur zone d’implantation et ce, de manière significative.

Des expérimentations montrent qu’il est possible de réduire de 2° C la température moyenne en ville, en multipliant les espaces verts. Mais pourquoi se focaliser sur la ville ? La raison est simple : à ensoleillement égal, les milieux urbains sont plus chauds que les milieux ruraux d’environ 6° C. Végétaliser la ville permet d’atténuer cette différence et donc, de ralentir le réchauffement climatique.

Avec l’augmentation des projets de construction et l’agrandissement des agglomérations, la part laissée aux espaces verts diminue. C’est pourquoi il faut intégrer le végétal au cœur même des édifices, en augmentant les micro-points de verdure. Cela implique d’inclure le problème du réchauffement climatique dès la conception des bâtiments.

En appliquant une stratégie verte, portant sur les nouvelles infrastructures, on dissémine des plantes dans tous les espaces : petits parcs, cours transformées en jardins, murs et toits végétaux, etc.

En plus de limiter le réchauffement climatique, la création d’espaces verts apporte une réduction du bruit et une préservation de la biodiversité.

Des espaces verts pour absorber les émissions de CO2

Dès l’école primaire, les enfants apprennent que les végétaux absorbent le CO2 et rejettent de l’oxygène. Ce phénomène est à la base du principe de dépollution par les plantes, que les villes tentent d’appliquer depuis quelques années.

En multipliant les aménagements d’espaces verts en milieu urbain, il est possible de stocker de grandes quantités de CO2 et ainsi, de diminuer l’impact des activités humaines. Les transports routiers, par exemple, sont sur le podium des activités les plus productrices de gaz à effet de serre.

L’autre partie intéressante de ce phénomène concerne le rejet de l’oxygène. Les êtres humains ainsi que les animaux ont besoin de cet oxygène pour vivre. Aménager des espaces verts un peu partout dans les villes, c’est créer autant de bulles d’air pur pour les habitants.

De plus, en étudiant ces plantes, les scientifiques se sont aperçus que certains végétaux réussissaient à filtrer les particules polluantes de l’air, et à les intégrer à leur métabolisme pour les détruire. C’est ce qu’on appelle les plantes dépolluantes.

espace-vert

Pour atteindre la fameuse neutralité carbone tant recherchée, il n’y a rien de mieux que de multiplier les plantations d’arbres au cœur des villes.

Des espaces verts pour créer des îlots de fraîcheur

Nous l’avons vu, les espaces verts contribuent à réduire la température moyenne en ville d’environ 2° C. Mais on parle bien là d’une moyenne entre les températures relevées dans les rues bitumées et celles relevées dans les parcs et jardins.

Ces lieux de verdure sont aussi appelés “îlots de fraîcheur”, à juste titre. Dans un lieu donné, la diminution de la chaleur sous un arbre est assez importante pour être ressentie physiquement. Lors d’une canicule, par exemple, il n’est pas rare de relever une différence supérieure à 10° C, entre les mesures prises au sein des îlots de fraîcheur par rapport à celles d’une rue non végétalisée.

Ces îlots de fraîcheur portent bien leur nom. Ils permettent d’apporter une climatisation naturelle, totalement gratuite et surtout, à effet positif sur le climat. C’est là une belle manière de lutter contre le réchauffement climatique.

Des espaces verts pour réduire les risques d’inondations

On ne compte plus les épisodes de pluies diluviennes, les inondations soudaines et les glissements de terrain. Face aux intempéries de plus en plus présentes, notamment en France, l’implantation d’arbres reste la meilleure des réponses.

  • Ils sont un rempart contre l’érosion des sols car ils retiennent la terre entre leurs racines ;
  • Ils absorbent l’eau pour vivre et, à ce titre, retardent la saturation des sols en cas de longs épisodes pluvieux ;
  • Ils participent à conserver le sous-sol perméable, ce qui facilite l’écoulement des eaux de pluie et la régénération des nappes phréatiques.
aménagement-chemin-naturel

Des espaces verts pour mieux respirer

Lorsque l’on vit en ville, il est important de pouvoir s’aérer de temps en temps et de se retrouver au milieu d’un espace naturel, préservé de l’environnement urbain. C’est pour cette raison que de nombreuses agglomérations ont engagé des travaux d’aménagement d’espaces verts, avec l’idée de prolonger la campagne en ville. Les coulées vertes en sont un bel exemple.

Certains cours d’eau, qui empruntaient simplement un canal, ont vu leurs abords transformés pour les ouvrir au public mais surtout, à la biodiversité. Les rives se sont végétalisées et des chemins naturels ont été aménagés.

Ces projets de végétalisation créent des espaces sans voiture, lieux de promenade pour les citadins et surtout, des bulles d’oxygène pour prendre l’air après leur journée de travail. Les bienfaits de tels espaces verts sur la santé, physique autant que mentale, ne sont plus à prouver.

Le reboisement au cœur de la lutte contre les changements climatiques

Les villes plus écologiques à la conquête des espaces verts

Espaces verts : un facteur d’attractivité pour les villes

Les personnes qui vivent en ville prônent une certaine qualité de vie au quotidien. La tranquillité, la proximité de la nature et une vie citadine ne sont plus antinomiques. Heureusement, les élus l’ont compris et le végétal envahit positivement les villes.

Le cadre de vie agréable et la proximité avec un espace vert sont souvent les premières caractéristiques d’un quartier idéal, pour les citadins. L’urgence climatique amplifie sûrement cette demande de verdure au cœur des villes.

Le bien-être de la famille est mis en avant mais pas seulement. Les citoyens s’inquiètent aussi de la biodiversité, qui peut tout à fait s’épanouir en milieu urbain, pour peu qu’on lui en laisse la place.

arbre-en-ville

En cherchant un peu, les lieux propices à la création d’espaces verts en ville ne manquent pas. Il y a les parcs et jardins, bien sûr, mais la nature peut s’implanter sur les terrasses, les balcons, sur les façades et même sur les toitures.

Beaucoup de villes ont trouvé des réponses à ces demandes :

  • Laisser des animaux en pâture pour l’entretien naturel des espaces verts ;
  • Planter des arbustes et des fleurs partout où cela est possible (ronds-points, pieds de mur, parkings, etc.) ;
  • Délivrer des permis de végétaliser aux habitants, ils peuvent ainsi fleurir et entretenir eux-mêmes leur parcelle de trottoir, etc.

Des espaces verts pensés pour s’adapter au paysage urbain

Lorsque les villes ont été créées, aucune place ou presque n’a été laissée pour le monde végétal. La méthode en vogue à l’époque était de construire un maximum de logements et de bâtiments, dans un minimum d’espace. Les surfaces ont été bétonnées et seuls quelques platanes ont trouvé une place le long de certains boulevards.

Aujourd’hui, l’heure est à la remodélisation du paysage urbain. Chaque rénovation de bâtiment est l’occasion d’intégrer une part de végétal. Ici, une coulée verte fait son apparition, là, c’est la végétalisation d’un parking.

Parfois, des terrains vagues, aussi appelés friches, sont enrichis de semences pour les transformer en jachères fleuries, terrain de jeu de nombreux insectes pollinisateurs.

Les façades se parent de créations paysagères et les toits s’ornent de potagers urbains et de ruches. De nos jours, le paysage urbain n’est plus synonyme de béton gris et froid. Avec un peu d’imagination, il est possible de se croire en pleine nature alors que l’on est à quelques pas d’un centre-ville.

Le retour de la végétation spontanée en ville

La plupart des villes écologiques l’ont compris, elles ne peuvent continuer à se développer sans laisser de la place au végétal. Au cœur même des espaces urbains, la nature commence à reprendre ses droits et les citadins la laissent faire avec bienveillance. Parce que là où il y a des plantes, il y a de la vie.

On appelle ce phénomène la végétation spontanée. L’idée est de protéger la biodiversité tout en faisant revenir les espèces endémiques, que l’on a longtemps chassées. Souvent, ces végétaux étaient appelés “mauvaises herbes”, terme que l’on tente de laisser volontairement de côté depuis quelque temps. Et cela fonctionne.

Pour preuve, à Caen, les élus ont décidé, depuis plusieurs années, de végétaliser la ville. Aujourd’hui, ce sont plus de 10 espèces d’orchidées sauvages qui sont revenues s’installer en ville. Pour en arriver à cette réalité, il a fallu mettre en place des mesures d’entretien spécifiques et attendre quelques années pour voir les résultats :

  • La gestion différenciée des espaces : dans un parc, toutes les surfaces ne sont pas tondues en même temps. Certaines parcelles sont entretenues de manière à garder environ 20 cm de hauteur d’herbes quand d’autres sont laissées telles quelles.
  • L’arrêt des produits phytosanitaire : les désherbants chimiques sont peu à peu abandonnés au profit d’un désherbage manuel et sélectif. Auparavant, tout ce qui poussait en ville mais qui n’avait pas été planté volontairement faisait l’objet d’une élimination systématique. Aujourd’hui, on accepte ces plantes, qui ne sont pas aussi belles mais qui offrent de la diversité.
  • La fauche tardive : plutôt que de maintenir une harmonie nette, propre aux jardins à la française, on laisse maintenant pousser les plantes jusqu’à maturité avant de les faucher. L’avantage est double. Ces plantes fleurissent et forment une ressource alimentaire indispensable à la survie des insectes pollinisateurs. Puis, les graines ainsi formées tombent au sol, pour créer une nouvelle génération de plantes.

Le retour de la végétation spontanée en ville, à l’instar du coquelicot dans les champs, est une très bonne chose pour la préservation de la biodiversité. Sans compter que le budget des communes n’augmente pas. Ce sont simplement les missions qui changent.

Mais attention à ne pas se laisser déborder par les espèces exotiques envahissantes. Lorsque la végétation spontanée se développe, il faut de la surveillance. Certaines espèces végétales importées peuvent se plaire et se développer au détriment des autres.

Concernant les citoyens, la plupart acceptent sans problème ce retour de la nature sous leurs fenêtres et l’évolution de leur lieu de vie en ville écologique. Il faut cependant réussir à y trouver une nouvelle esthétique, sans y voir de la négligence. Cela peut être difficile pour certaines personnes, habituées aux espaces dégagés, nets et entretenus.

idverde, le partenaire des villes pour la création et l’entretien des espaces verts durables

L’expertise d’idverde au service des villes durables

Chez idverde, nous accompagnons les acteurs des projets de A à Z. Conception, réalisation, gestion des risques, entretien final, nos collaborateurs sont présents à chaque étape.

Notre expertise vous permet de vous appuyer sur nos connaissances en matière de gestion durable, de préservation de la biodiversité et de bilan carbone neutre. Pour aménager des espaces verts en ville tout en luttant contre le réchauffement climatique, nos concepteurs peuvent vous apporter des solutions clés en mains.

Un groupe engagé pour le développement durable

Depuis toujours, idverde fait du développement durable, une de ses priorités. Notre entreprise a mis en place différentes stratégies écologiques, pour limiter au maximum son impact sur l’environnement.

  • Utilisation d’un outil “Bilan carbone” qui permet de calculer le niveau d’émissions de gaz à effet de serre des chantiers mis en œuvre. Le but étant évidemment de s’en servir pour moduler les projets et ainsi atteindre la neutralité carbone sur chaque chantier.
  • Utilisation d’un parc d’équipement mécanique, en majorité électrique. L’idée est d’éliminer les outils à moteurs thermiques pour les remplacer par des électriques.

De plus, pour les engins de chantier plus importants, nous préférons les louer lorsque cela est possible. Chez idverde, nous choisissons la protection de l’environnement avant tout.

Conclusion

La nature revient dans les villes et c’est une bonne nouvelle. Les végétaux sont bons pour la biodiversité, pour la santé humaine et aident à lutter contre le réchauffement climatique. Les villes l’ont bien compris et accueillent à bras ouverts la végétation dans tous les nouveaux projets.

La nature au cœur des villes : les bienfaits des espaces verts sur la santé

 

Dernières actualités

Voir toutes les actualités

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies