Actualités
23 septembre 2022

Mobilité durable : quelles sont les villes les plus en avance ?

Qui dit mobilité, dit, dans la logique des choses, transports. Et le secteur du transport est aujourd’hui celui qui émet le plus d’émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), du moins, en France.

En 2019, les transports représentaient 31 % des émissions de GES françaises, loin devant l’agriculture avec 19 % et le secteur tertiaire avec 18 %, entre autres… De plus, les émissions liées aux transports ont augmenté de 9 % en 10 ans ! Et bien sûr, ce sont les transports routiers qui sont pointés du doigt, puisqu’ils représentent à eux seuls 94 % des émissions de GES générées par ce secteur.

Il est aussi important de savoir que les émissions de GES du secteur des transports sont principalement générées par les déplacements privés. Des déplacements effectués par les ménages, avec leurs véhicules particuliers, qui représentent plus de la moitié (51 %) des émissions du secteur.

C’est pourquoi, il est plus que nécessaire désormais de se tourner vers l’écomobilité, vers des transports plus durables, pour réduire les émissions de GES engendrées par ce secteur. Nous allons donc voir aujourd’hui ce qu’est la mobilité durable, comment la mettre en place et quelles sont les villes précurseurs dans ce domaine. Car il s’agit bien là d’un sujet de collectivité.

Que désigne la mobilité durable ?

Qu’est-ce que la mobilité durable ?

De façon claire et concise, la mobilité durable englobe tous les modes de déplacements qui sont plus respectueux de l’environnement et donc peu polluants. On peut donc classer la thématique de la mobilité durable dans la plus grande famille du développement durable.

La mobilité durable regroupe à la fois la conception, la mise en place et la gestion des transports pour que leur impact sur l’environnement et la santé soit moindre, voire nul. Mais l’écomobilité, c’est aussi repenser l’aménagement des territoires et installer les infrastructures nécessaires pour permettre aux citoyens et aux entreprises de pouvoir utiliser des transports plus verts. Comme le train, les transports en commun ou le vélo.

La mobilité durable ne concerne donc pas seulement l’écologie. Car elle doit tenir compte du bien-être et de la satisfaction des usagers. Cela signifie ajouter une dimension sociale et économique. Proximité, accessibilité, coûts, santé et enfin sécurité… De nombreux critères qui entrent également dans le scope de la mobilité durable.

Si l’on doit résumer la mobilité durable en une phrase, il s’agit de rendre les territoires accessibles et de satisfaire la liberté de mouvement tout en minimisant les effets sur l’environnement.

Quelles sont les formes de la mobilité durable ?

Nous le disions en introduction, la mobilité durable, aussi appelée mobilité douce, n’est encore que peu connue et développée. Le club des transports durables est encore à ce jour très restreint. On ne compte pas plus de 7 moyens de transport durables, que nous allons vous présenter du plus au moins polluants.

D’abord, nous pouvons évoquer le covoiturage, qui n’est certainement pas le moyen de transport le plus propre, mais qui a tout de même permis d’éviter l’émission de plus d’1,6 million de tonnes de CO2 par an. Et ce, en doublant le nombre de voyageurs, selon l’étude de BlaBlaCar Zero Empty Seats.

Après le covoiturage, vient la trottinette électrique. Et oui, bien qu’utiliser une trottinette électrique soit plus propre que d’utiliser sa voiture en solo, ce moyen de transport émet plus de CO² que les transports en commun, puisque cela reste un mode de transport individuel. Et sa durée de vie est relativement courte (les trottinettes mises en location ne sont pas utilisées plus d’un mois…). On estime donc les émissions d’une trottinette à 25g de CO² par kilomètre. Le choix le plus écoresponsable à faire si l’on est conquis par la trottinette, c’est encore la trottinette non électrique qui, elle, est beaucoup plus durable.

Bien sûr, on retrouve en bonne place du classement des moyens de transport durables : le vélo ! C’est un des piliers de l’écomobilité. Il fait partie des meilleurs moyens de déplacement écoresponsables, ne consommant aucune énergie fossile. Et si l’on prend en compte le trafic des grandes villes, il reste le meilleur moyen de se déplacer rapidement, puisqu’il égale la vitesse moyenne d’une voiture en ville. Il serait le moyen de transport le plus efficace pour les distances de moins de 6 km. Pour un vélo classique, il faut compter 21 gCO²/km soit 4,5 fois moins qu’une automobile classique. Pour un vélo électrique, 22 gCO²/km.

Mais le vélo, à moins d’avoir beaucoup de temps, n’est pas le plus pratique pour les longues distances. C’est pourquoi on retrouve également dans ce classement, le train ! Avec 14 gCO²/km et par passager, le train serait, selon l’ADEME, le moyen de transport le plus durable. Sans oublier que le train permet également le transport de marchandises.

Plus concrètement, prenons l’exemple d’un trajet Paris-Nice. En voiture, cela équivaut à 177 kgCO² pour un trajet en solo, contre 82,3 kgCO²/passager en avion et seulement 1,7 kgCO²/passager en train. En voiture, les émissions de CO² sont donc multipliées par 100 comparativement au voyage en train.

Enfin, sur les trois premières marches du podium, on trouve le métro, avec 3,8 gCO²/km et par passager. Puis, le tramway, qui est le moins polluant des transports de ville avec 3,3 gCO²/km et par passager. Enfin et en toute logique, le moyen de transport à n’avoir aucune émission carbone reste… la marche à pied ! Puisque la seule énergie utilisée est la nôtre. Un moyen de déplacement parfois même plus efficace dans les grandes villes que la voiture ou le métro (source carboacademy) !

Download-9521_s800x800

Quels sont les enjeux de la mobilité durable ?

Nous le savons tous désormais, l’enjeu de la mobilité durable, c’est d’enclencher une transition écologique pour permettre d’accélérer la décarbonation des moyens de transport.

Cette décarbonation permet aussi de répondre à un autre enjeu lié à la mobilité durable : la santé des habitants. Car aujourd’hui, le moyen de transport le plus utilisé reste la voiture, et il n’est pas sans impact sur la qualité de l’air. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en 2022, presque la totalité de la population mondiale (99 %) respire un air dont le niveau de pollution ne respecte pas les normes qu’elle a fixées. L’OMS recommande donc, elle aussi, d’opter pour des « systèmes de transport public sûrs et financièrement abordables et des réseaux adaptés aux piétons et aux cyclistes ».

C’est sans oublier les enjeux sociaux que représente l’écomobilité. Elle encourage en effet un meilleur aménagement du territoire et des zones mieux desservies. Elle pose aussi la question de la gestion de temps. En effet, le temps est une ressource non renouvelable pour tous, la mobilité durable doit donc également permettre de faire gagner du temps à ses usagers.

Comment assurer la réussite d’une politique de mobilité durable

Pour permettre la réussite d’une politique de mobilité durable, il faut évidemment respecter certains critères, que ce soit pour les collectivités ou les entreprises. Il est possible de résumer ces critères en plusieurs points majeurs, au nombre de cinq.

D’abord, une politique de mobilité durable ne peut être efficace sans fixer d’objectifs clairs, à moyen et long terme. Les objectifs fixés permettent de définir la trajectoire à suivre pour réussir la transition vers la mobilité durable. Mais définir une politique de mobilité durable, c’est aussi faire participer les différentes personnes concernées par ces changements (ou leurs représentants) à la réflexion globale. Cela permet de répondre de façon pertinente aux problématiques qui sont rencontrées, par les usagers notamment.

Ensuite, il faut évidemment se donner les moyens de mettre en place la politique de mobilité. Par exemple, si le souhait d’une collectivité locale est d’inciter ses habitants à utiliser plus souvent le vélo, il faudra bien sûr développer le réseau de pistes cyclables. Dans une entreprise, il peut s’agir d’aides financières, de mettre en place une plateforme interne permettant de proposer du covoiturage ou encore d’installer des douches pour les salariés venant à vélo…

Enfin, une politique de mobilité durable réussie passe également par la communication. Il est important que les usagers concernés (habitants ou salariés), soient informés de la mise en place de cette politique, par tous les canaux qui s’offrent aujourd’hui à nous (mail, courrier, évènement d’inauguration, etc.).

Bien sûr, une fois la politique de mobilité mise en place, il faut établir un suivi régulier grâce à des indicateurs qui permettent de jauger les évolutions au sein de l’entreprise.

Innovations environnementales : les solutions de demain pour protéger l’environnement

Top 5 des villes à la pointe de l’écomobilité

Hong Kong, la ville modèle sur la mobilité durable

La ville de Hong Kong est l’exemple à suivre en termes de mobilité durable, sur certains aspects. Elle a remporté le titre de la ville la plus avancée dans ce domaine, en étant la première sur l’indice d’efficience. Et ce, grâce à son métro moderne, sécurisé et ponctuel, où le réseau mobile fonctionne partout. Ce métro, aussi appelé MTR, est reconnu dans le monde entier comme l’un des meilleurs du monde.

Reste toutefois des bémols sur l’aspect écologique. En effet, le transport maritime et l’usage de la voiture contribuent fortement à la pollution de l’air. Sans compter que l’usage du vélo n’est pas aussi développé que dans d’autres villes d’Asie, dû à sa topologie particulière.

Zurich, première ville européenne en matière de mobilité douce

Si l’on se recentre sur l’Europe, alors c’est Zurich qui se trouve sur la première marche du podium européen en termes de mobilité durable, sur l’aspect économique. En ce qui concerne l’aspect écologique, la ville se retrouve à la 7ème place. Côté efficience, la ville a encore des efforts à faire. Cela s‘explique par son réseau, moins dense que dans d’autres villes d’Europe.

Mais bientôt, Zurich améliorera ses performances puisqu’un projet de transport par cargo souterrain permettra de transporter des marchandises sans utiliser les habituels camions qui engendrent de bouchons quotidiens.

pexels-travelblog-7058347

Paris sur la troisième marche de l’écomobilité

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Paris est en bonne place dans le classement des villes modèles en termes de mobilité durable, puisqu’elle remporte la troisième place. Un classement plutôt respectable sur tous les indices. En proposant l’un des abonnements de transports en commun les moins chers du monde (en tant que capitale), Paris se classe en 5ème place sur le plan économique. Elle est également dans le top 10 (8ème) concernant l’efficience d’usage de transport en commun. Le métro parisien est considéré comme efficace, ponctuel et entretenu. Enfin, côté écologie, Paris se place au 18ème rang. Une bonne moyenne donc entre tous les indices.

Toutefois, malgré toutes les mesures mises en place pour favoriser la mobilité douce et notamment l’usage du vélo (piétonnisation des voies sur berge, Vélib, programme du Grand Paris Express), l’usage de la voiture reste important, ce qui engendre une pollution certaine. Une ville qui tend donc encore à s’améliorer avec des mesures toujours plus ambitieuses.

Séoul tire son épingle du jeu grâce à ses transports en commun

C’est grâce à l’efficience d’usage de ses transports en commun que Séoul se place en bonne position du classement. Dans la ville, plus de la moitié des trajets se font en transports en commun, sur un réseau des plus fiables, ponctuels et sécurisés.

Côté écologie, la ville remporte la 11ème place du classement. Une telle place s’explique par l’usage modéré de la voiture en comparaison de la grande densité urbaine de la ville. Sur les aspects économiques, Séoul est aussi assez bien classée, au 18ème rang.

5ème place de l’écomobilité pour Prague

Pour terminer notre tour d’horizon des villes modèles en termes d’écomobilité, direction la République tchèque, à Prague. Comme la capitale de la Suède, Prague est très avancée concernant l’utilisation des transports en commun. Une bonne partie du centre-ville est déjà réservée aux piétons et aux cyclistes.

La politique de développement de la mobilité est très forte dans la ville. Sans compter que les abonnements sont très accessibles et le réseau, dense. Prague a donc déjà commencé sa transition vers une écomobilité durable et efficace !

Conclusion

La mobilité durable est devenue un véritable enjeu, à la fois pour les entreprises mais aussi et surtout pour les collectivités !

Car les avantages de la mobilité durable sont multiples. Au-delà d’offrir un meilleur cadre de vie aux habitants des villes, la mobilité douce permet aussi de décongestionner les axes routiers, de réduire la pollution, et donc in fine d’agir pour la protection de l’environnement. Un sujet majeur aujourd’hui, en plus de préserver la santé des citoyens. La mobilité durable est donc ancrée, de manière à part entière, dans le développement durable.

Et pour mettre en place cette mobilité durable, il convient pour les collectivités d’opter pour un urbanisme durable ! C’est-à-dire développer les infrastructures nécessaires à l’instauration de cette mobilité durable : pistes cyclables, rues piétonnes, métro, tramway…

Et vous, déjà adepte de la mobilité durable ?

Comment redynamiser le lien social en ville ?

Crédit photo : TRAVELBLOG

Dernières actualités

Voir toutes les actualités

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies