Actualités
03 juin 2022

Les engagements d’idverde en faveur du développement durable

Le développement durable se définit aussi à travers le développement économique et social. Il apporte une vision globale sur un fonctionnement, que ce soit à l’échelle individuelle, sociétale ou entrepreneuriale. Il nous engage à être performants, pour répondre à nos besoins sans pour autant mettre en péril les ressources de la Terre.

Qu’est-ce que le développement durable ?

Les scientifiques sont unanimes et nous pouvons nous-mêmes le constater au quotidien : notre Terre ne parvient plus à absorber l’impact de notre course effrénée vers le progrès. Des populations entières en souffrent déjà.

Définition du développement durable

L’ère industrielle que nous vivons a des conséquences graves sur l’environnement, mais aussi sur la prise en compte de l’humain. L’ADEME estime que 20 % de la population mondiale consomme 80 % des ressources planétaires. Or, ces ressources sont majoritairement disponibles dans les pays faiblement industrialisés. Dans ces États, la pauvreté croît proportionnellement à l’augmentation de notre confort de vie, créant des conflits entre les communautés et les pays.

Diverses ONG ont alerté les gouvernements, les populations et les entreprises. Afin d’être mieux entendues, elles ont émis l’idée d’un compromis gagnant-gagnant : le développement durable.

Le développement durable correspond à l’idée que le progrès économique n’est pas incompatible avec l’écologie et le bien-être de toute la population mondiale.

Ce concept engage les collectivités, les entreprises et les particuliers à réviser leurs choix et repenser leur organisation.

Par exemple, un constructeur de maison pourra valoriser les essences de bois locales et éco-gérées, plutôt que de faire venir des camions depuis l’autre bout de l’Europe. Un torréfacteur choisira une matière première provenant de plantations de café avec des travailleurs décemment rémunérés. Une crèche pourra opter pour des couches compostables.

Les fondements du développement durable

Le concept de développement durable s’est mis en place en parallèle de la croissance industrielle. L’idée d’écologie est née dès les années 1850, dans le milieu scientifique et, plus surprenant, poétique !

Au cours du 19e et 20e siècle, les sociétés occidentales sont secouées par diverses crises économiques et environnementales, en lien direct avec le fonctionnement économique en place. Pour ne reprendre que les plus mémorables, citons la crise financière des années 1930, ou les chocs pétroliers des années 1970, sur fond de révolution sociale, post mai 1968.

Côté écologique, la mise en évidence de trous dans la couche d’ozone et les catastrophes nucléaires, dont celle, tristement célèbre, de Tchernobyl, s’alternent avec les marées noires, comme celle de l’Erika.

Tout cela questionne les scientifiques, qui alertent sur les dangers d’une croissance illimitée, basée sur des ressources limitées. Deux scientifiques italiens abordent l’idée actuelle du développement durable dans un rapport titré “Halte à la croissance – Les limites de la croissance”, en 1972.

Des groupes citoyens alternatifs s’organisent et prennent de l’ampleur, propulsés par la médiatisation. Les problèmes écologiques sont mis en lumière et les populations se mobilisent de plus en plus pour exiger des gouvernements qu’ils agissent.

Depuis 1987 et le rapport Brundtland, les États coopèrent sur la question du développement durable, lors des Sommets pour la Terre, chapeautés par l’ONU.

Quels sont les enjeux actuels du développement durable ?

Le développement durable concilie les enjeux environnementaux avec les préoccupations d’ordre social et économique. À force de communiquer sur le sujet, les ONG puis les collectivités ont réussi à faire du développement durable un atout pour le monde de l’entreprenariat.

Aujourd’hui, valoriser son engagement environnemental et social soutient l’image de marque d’une société. Si la qualité de service est là et que les prix restent cohérents, les consommateurs se dirigent vers une entreprise qui montre une vraie politique de développement durable.

90 % des Européens attendent des sociétés qu’elles les aident à mieux consommer. Le développement durable a donc atteint l’engouement populaire. Les entreprises et les gouvernements peuvent s’engager sans réserve dans une gestion raisonnée de leur activité.

Le développement durable est devenu un fil rouge incontournable pour assurer une gestion saine et viable au sein des pays industrialisés. Cela garantit une qualité de vie pour les générations à venir et aide à rétablir l’équilibre naturel de notre planète Terre.

La RSE, une concrétisation de l’engagement pour le développement durable en entreprise

La RSE – Responsabilité Sociale des Entreprises – encourage les entreprises à faire des choix qui respectent à la fois leurs impératifs économiques et les besoins de leurs clients, sans oublier l’impact environnemental et social.

Les piliers de la démarche RSE

Via la RSE, les entreprises sont invitées à intégrer volontairement les préoccupations écologiques et citoyennes à leur fonctionnement économique. La RSE repose donc sur trois piliers complémentaires : économique, environnemental et social.

D’une part, l’entreprise doit être viable, donc performante. Cela signifie créer une plus-value qui va générer des bénéfices et de la satisfaction client.

L’aspect économique de la RSE met également l’accent sur d’autres points, comme la valorisation du savoir-faire local. Elle invite à faire appel à des fournisseurs locaux, qui seront honnêtement payés, dans des délais proposés. Une gestion économique responsable engage également à faire preuve de transparence auprès des investisseurs.

D’autre part, l’aspect social mérite sa part de réflexion : la parité, la diversité, l’égalité des chances, font partie de ce que l’on exige d’une démarche RSE. Les collaborateurs doivent être valorisés, grâce à la formation, à la prise en compte des conditions de sécurité et d’hygiène, ainsi que de tout ce qui a trait au droit du Travail.

Enfin, l’entreprise doit veiller à réduire son impact environnemental. Cela passe par le tri et la valorisation des déchets, ou encore par l’utilisation de produits non nocifs pour la planète.

La limitation des gaz à effet de serre doit être intégrée au fonctionnement, l’utilisation des énergies et ressources renouvelables doit être privilégiée.

En cas de production polluante, la société doit compenser financièrement : si elle ne veut pas être taxée, une part des bénéfices doit être investie dans l’économie d’énergie. C’est par exemple le cas des CEE (certificats d’économie d’énergie), des primes versées aux particuliers pour financer en partie leur rénovation énergétique.

La RSE, une démarche devenue indispensable

Avec la RSE, la rentabilité pure n’a plus lieu d’être. Elle incite fermement à penser son fonctionnement à long terme et selon une modélisation globale. Dans une certaine mesure, elle appelle certaines entreprises à approfondir l’idée des valeurs qu’elles souhaitent véhiculer.

La création de la RSE part du principe que, pour que notre économie mondiale puisse rester viable, chaque entreprise, quelle que soit sa taille, doit contribuer à sa mesure. Cela passe par l’étude d’une équation qui valorise l’ensemble de ces termes. La clientèle est satisfaite, entre autres parce qu’elle sait que l’entreprise qu’elle sollicite est vertueuse. Les salariés reçoivent la considération qu’ils méritent. L’environnement n’est pas négativement impacté et l’économie locale est valorisée.

Avec la législation en vigueur, entreprendre une démarche RSE évite des conflits juridiques. De plus, la réflexion sous-jacente à la RSE soutient une économie engagée sur le long terme : au lieu de penser rentabilité immédiate, la société se crée sur une base solide et donc pérenne. Si elle est correctement menée, cette réflexion apporte une dimension philosophique qui favorise la cohésion de groupe.

En d’autres termes, la RSE, si elle est vécue comme un atout plutôt qu’une contrainte, participe à la compétitivité de l’entreprise sur la durée et au niveau mondial.

Les innovations environnementales : les solutions de demain pour protéger notre environnement

La stratégie idverde en faveur du développement durable

idverde fait partie des entreprises aux valeurs engagées. Nous avons construit une démarche RSE de forte envergure, intégrant trois pôles – social, environnemental et économique. Ainsi, nos objectifs de développement sont clairs et s’orientent systématiquement dans le sens du développement durable.

Améliorer le bien-être des collaborateurs et des citoyens

Le développement de l’entreprise passe avant tout par la prise en compte de nos collaborateurs à qui nous demandons au quotidien de véhiculer les valeurs d’idverde. Nous mettons en place tout ce qui est possible pour garantir leur sécurité, leur bien-être et leur développement professionnel, car chaque personne mérite considération et respect.

Nos collaborateurs terrains, par exemple, bénéficient d’un parcours de formation qui vise d’une part, à monter en compétences, et de l’autre, à garantir la sécurité sur les chantiers. Savoir utiliser et entretenir les outils, prendre le temps de mettre en place les dispositifs de sécurité, connaître les gestes de premiers secours, ce sont autant d’éléments qui nous permettent de viser l’objectif “Zéro accident sur les chantiers idverde”.

sécurité

La stratégie managériale sous forme d’agences stimule la collaboration avec le tissu local. Ainsi, les associations de proximité sont parfois consultées pour l’étude d’impact des chantiers. Les habitants sont souvent intégrés dans nos projets, via des ateliers ou des dispositifs publics (panneaux pédagogiques, hôtels à insectes, etc.). Enfin, notre fonds d’investissement valorise et soutient financièrement des projets écocitoyens au Royaume-Uni.

D’autre part, nos responsables en ressources humaines sont sensibilisés au recrutement local et à l’intérêt de diversifier les profils. Nous prévoyons des stages et des emplois d’intégration pour favoriser le retour à l’emploi des personnes fragilisées dans leur parcours professionnel.

plan

Renforcer son engagement environnemental

Notre engagement au niveau environnemental est à la hauteur de notre expertise paysagère. Nous travaillons pour composer avec l’environnement, pour le valoriser et non pour le contraindre.

Nous prenons soin de réaliser des études d’impact approfondies avant d’entreprendre un chantier. Nos ingénieurs réalisent des études de sol et analysent les ressources en eau. Chaque plant, chaque pierre, chaque point d’eau est pensé en fonction de son intégration naturelle, de sa pertinence et de son esthétique dans le projet global. Nous optons pour des espèces locales, Beefriendly ou utiles à la biodiversité.

Pour toujours plus de cohérence, nous veillons à réduire notre empreinte carbone, notamment en optimisant les trajets et en utilisant des véhicules propres au maximum.

Nous souhaitons profiter de notre expertise en matière d’environnement pour sensibiliser les populations. Les équipes idverde proposent des interventions vertes et éducatives pour les écoles ou les habitants.

Améliorer la performance d’idverde au profit de la lutte contre le changement climatique

S’engager dans une politique entrepreneuriale tournée vers le social et l’écologie ne signifie pas pour autant affaiblir l’économie interne. Bien au contraire.

idverde est une entreprise innovante. C’est ce qui fait notre force et assure notre pérennité. Nous misons sur deux stratégies complémentaires : interne et externe.

D’une part, nous prenons soin de collaborer avec des acteurs innovants en matière de gestion environnementale. Cela passe par des outils performants, des démarches novatrices, des solutions d’aménagement inédites.

Mais nous avons également fait le choix de mettre en place une véritable démarche expérimentale en interne : nous avons notre propre pôle de recherche en sciences et ingénierie. Ainsi, la recherche s’oriente et s’applique directement à nos chantiers.

Réduire les coûts énergétiques permet souvent de réduire les coûts financiers. Limiter les déchets, réutiliser ce qui peut l’être, choisir les bons outils, appliquer les bonnes démarches, permettre à nos employés d’être performants… Toutes ces choses, mises bout à bout, soutiennent une bonne gestion financière des chantiers.

Nous sommes en constante innovation, pour améliorer tout ce qui nous tient à cœur : la lutte contre le changement climatique, l’amélioration du bien-être des usagers et de celui de nos collaborateurs. Cette cohérence entraîne un engouement des équipes idverde : chaque collaborateur devient naturellement un porte-drapeau de nos valeurs, pour le bien de notre planète.

Conclusion

Chez idverde, nous œuvrons au quotidien pour aller toujours plus loin dans l’ambition de notre politique RSE.

Cette contrainte nous pousse à nous dépasser, à innover et à mettre en cohérence notre vision du travail. Les nouveaux enjeux du travail en 2021 nous l’ont démontré. Comme souvent dans la vie, les contraintes propulsent les idées, une fois dépassées les premières appréhensions.

Une gestion de travail écologique et sociale pousse à l’innovation. Les ONG et les collectivités locales cherchent à sensibiliser les usagers, en valorisant les actions écologiques qui en résultent. Ainsi, l’engagement des entreprises vertueuses, comme idverde, est réellement récompensé.

Le reboisement au cœur de la lutte contre le changement climatique

Dernières actualités

Voir toutes les actualités

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies