Actualités
17 juin 2022

La dangereuse accélération de la sécheresse dans le monde

Accentuée par le réchauffement climatique et connaissant une avancée préoccupante ces dernières décennies, la sécheresse dans le monde fait partie des menaces majeures pour les populations, mais aussi pour l’environnement et la biodiversité.

Quel est l’état actuel de la sécheresse dans le monde ? Quelles sont ses causes et ses conséquences ?

Sécheresse et désertification, des phénomènes qui s’intensifient année après année

Comment évolue le phénomène de la sécheresse ?

Le phénomène de la sécheresse dans le monde ne date pas d’aujourd’hui et peut être mesuré de plusieurs manières.

Les premières traces de sécheresses dans l’histoire peuvent être analysées en étudiant l’environnement à travers différentes disciplines scientifiques comme l’archéologie ou la sédimentologie.

Ces données permettent de fournir des informations précieuses et uniques ou encore de compléter des écrits propres aux différentes époques et régions du monde.

En Europe, les principales données datent la plus importante sécheresse du millénaire en 1303 où le Rhin, sec, pouvait être traversé à pied.

Depuis la fin du XIXe siècle, la sécheresse dans le monde peut être étudiée grâce à l’analyse des relevés pluviométriques, puis par l’intermédiaire de l’indicateur de la sécheresse des sols depuis la moitié du XXᵉ siècle.

On constate une intensification des périodes de sécheresses dans le monde à partir du XXᵉ siècle.

Quelles sont les zones les plus touchées par la sécheresse dans le monde ?

Au fil du temps, toutes les régions du monde ont connu des périodes de sécheresses plus ou moins longues et intenses. Néanmoins, certaines zones ont été plus touchées que d’autres durant les dernières décennies.

Aujourd’hui, parmi les 197 pays siégeant à l’ONU, 168 déclarent être menacés par la désertification, la sécheresse dans le monde ayant déjà affecté plus de 1 milliard de personnes depuis 1998.

Parmi les régions impactées, sont recensées les différentes zones tropicales et subtropicales situées au niveau des tropiques du Cancer et du Capricorne, connues pour leur climat chaud et sec.

Les sécheresses récentes les plus marquantes concernent principalement le Sahel et la corne de l’Afrique.

En effet, le Sahel (Burkina Faso, Cameroun, Gambie, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal et Tchad) a connu une hausse importante de ses températures associée à une baisse significative des précipitations au cours des 200 dernières années.

Celles-ci ont entraîné une progression majeure du désert, ainsi que la disparition de plus de 20 millions d’hectares de terres autrefois cultivables.

L’Afrique de l’Est et sa corne (Éthiopie, Somalie, Djibouti, Kenya, Érythrée, Ouganda, Soudan) souffrent, elles aussi, depuis plusieurs décennies, de cycles de sécheresses majeurs et aux conséquences tragiques.

D’autres régions du monde sont touchées par la sécheresse. Parmi elles, l’Amérique du Nord, ainsi que l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud (Mexique, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Salvador, Chili, Brésil…), entraînant ici aussi de nombreuses conséquences agricoles, incendiaires et migratoires.

Enfin, l’Asie, l’Inde, la Russie, l’Australie, ainsi que l’Europe sont peu à peu frappées par ce nouveau fléau mondial.

Quelle différence entre sécheresse et aridité ?

Il ne faut pas confondre les notions de sécheresse et d’aridité.

La sécheresse est consécutive à une absence temporaire, plus ou moins prolongée, de précipitations dans une zone où le phénomène n’est pas habituel.

Cette anomalie doit durer suffisamment longtemps pour provoquer des pénuries d’eau provoquant une baisse de l’écoulement des eaux, des niveaux des lacs et/ou des nappes souterraines qui atteignent de fait des niveaux inférieurs à la normale, ainsi qu’un assèchement anormal des sols.

À noter qu’il existe trois types de sécheresses différents :

  • La sécheresse météorologique : faible pluviométrie sur une période prolongée
  • La sécheresse agricole : taux d’humidité des sols trop faible pour les cultures
  • La sécheresse hydrologique : niveau des différents cours d’eau (rivières, lacs, nappes phréatiques…) anormalement bas.

Enfin, l’état de sécheresse ne sera pas forcément déclaré selon les mêmes critères en fonction des pays et de leur climat.

En France, il correspond à 15 jours consécutifs sans pluie au minimum ; aux États-Unis, une zone recevant 30 % de son volume de précipitation habituel durant 21 jours de suite ; en Inde, la sécheresse est décrétée lorsque les précipitations annuelles diminuent de 75 % par rapport aux normales saisonnières.

De son côté, l’aridité fait référence à un climat ou à une région dont les précipitations moyennes sont faibles (moins de 250 millimètres / an) de manière permanente. Celles-ci sont également associées à de hauts niveaux d’évapotranspiration (eau qui s’évapore depuis le sol, les nappes liquides et les végétaux vers l’atmosphère).

Quelles sont les causes de la sécheresse ?

La baisse de précipitations en cause dans l’intensification des sécheresses

Parmi les principales causes de la sécheresse, le manque de précipitations arrive en tête. En effet, les épisodes de sécheresse ont tendance à survenir lorsque les réserves d’eau (en surface ou souterraines) sont affaiblies.

Plusieurs éléments météorologiques peuvent conduire à ce type de pénurie. Pour commencer, les précipitations insuffisantes lors de la période hivernale ou printanière vont empêcher le bon remplissage des réserves.

La présence d’anticyclones durant une certaine durée joue également un rôle. Ils favorisent un air chaud et sec et figurent parmi les principales conditions naturelles qui accentuent les phénomènes de sécheresse.

Le réchauffement climatique à l’origine de l’accélération de la sécheresse

Le changement climatique est un facteur aggravant de la sécheresse dans le monde. Un phénomène qui fonctionne malheureusement dans les deux sens.

Tout d’abord, des températures de plus en plus élevées sur de plus longues périodes vont contribuer à l’accélération de l’évapotranspiration et donc à l’assèchement des sols et des végétaux.

Les sols et les végétaux qui subissent l’accélération de la sécheresse ayant moins d’eau disponible, le phénomène d’évapotranspiration, essentiel pour refroidir l’air ambiant, se retrouve de plus en plus réduit.

Enfin, les sols et les environnements autrefois verdoyants et devenus aujourd’hui déserts ne remplissent plus leurs rôles de puits à carbone, indispensables pour l’absorption des gaz à effet de serre.

Les activités humaines et leur impact sur la sécheresse

La sécheresse dans le monde n’est pas uniquement causée par des facteurs naturels. En effet, les sociétés humaines et leurs activités ont aussi leur part de responsabilité dans l’émergence de cette menace climatique.

Le premier point concerne la surconsommation d’eau, qui a lieu dans différentes sphères de la société, principalement dans la vie domestique, dans les secteurs agricoles et industriels.

Le second point concerne le dérèglement climatique. Le dernier rapport du GIEC est catégorique. Le réchauffement climatique est principalement causé par les activités humaines, plus précisément par les émissions de gaz à effet de serre tels que le CO2 (dioxyde de carbone), le méthane, l’ozone, le protoxyde d’azote…

Le réchauffement climatique se traduit par exemple par une augmentation spectaculaire des événements climatiques extrêmes, dont les vagues de chaleur, de sécheresses et d’incendies qui ont battu des records historiques en 2021.

Celui-ci renforce également la durée et l’intensité des périodes où les températures sont élevées avec un impact dévastateur sur la sécheresse des sols, provoquant par la suite la désertification des régions.

Comment agir contre le changement climatique ?

Quelles sont les conséquences de la sécheresse ?

L’impact de la sécheresse sur l’environnement

Les premiers dangers de la sécheresse concernent l’environnement. En effet, ils sont multiples et impactent lourdement la faune et la flore.

L’impact de la sécheresse est considérable vis-à-vis de la flore, notamment des forêts. Sous l’effet du manque d’eau, les arbres et la végétation s’affaiblissent, ce qui limite leur capacité de résistance, de régénération et de survie.

De plus, le manque d’eau provoque un phénomène de stress et de vulnérabilité qui expose ces derniers à la prolifération d’insectes ravageurs, ainsi qu’à de multiples maladies.

Les feux de forêt majeurs ou méga-feux sont aussi également favorisés par la hausse des températures et des périodes de sécheresses récentes. L’année 2021 s’est tragiquement illustrée par un nombre record de feux de forêts et d’émissions de gaz à effet de serre.

À la suite de cette accélération, les experts du Programme des Nations Unies pour l’Environnement alertent. Selon eux, les incendies extrêmes et incontrôlés pourraient augmenter de 14 % d’ici à 2030, de 30 % d’ici à 2050 et de plus de 50 % d’ici à la fin du siècle.

La végétation n’est pas la seule à être impactée par la sécheresse dans le monde. Durant ces périodes, les sols sont fragilisés et asséchés ce qui amoindrit leur capacité d’absorption de l’eau par la suite, un véritable cercle vicieux. Des sols qui absorbent mal les précipitations favorisent les crues, les glissements de terrain et les inondations.

La faune et ses habitats naturels sont également frappés de plein fouet par la sécheresse dans le monde, menaçant de nombreuses espèces d’extinction.

En 2019 et en 2020, ce sont plus de 3 milliards d’animaux qui ont été impactés par les incendies en Australie. Les animaux sont non seulement impactés par les flammes et par les blessures occasionnées, mais aussi par le manque d’eau et de nourriture provoqué par ces épisodes de sécheresses dévastateurs.

cracked-earth-soil-with-plant[23125]
Arid land with dry and cracked ground,global warming

La sécheresse menace notre agriculture

L’agriculture est fortement dépendante de la ressource en eau. En effet, la production alimentaire ou l’élevage animal nécessitent d’importantes quantités d’eau tout au long de l’année.

Les périodes de sécheresses, le manque de précipitations, les températures élevées et l’assèchement des sols favorisent la diminution des réserves d’eau.

Lors des périodes de canicule, notamment estivales, la sécheresse peut provoquer un assèchement des prairies qui entraîne ensuite une pénurie de foin pour le bétail, synonyme d’un rendement en baisse. Enfin, les cultures vivrières et les récoltes connaissent des chutes de production majeures durant les périodes de sécheresse et de manque d’eau.

Plusieurs régions du monde tels que les pays du Maghreb, certains pays des États-Unis ou encore le Canada connaissent actuellement des baisses de production agricoles historiques, dues à la sécheresse. Les pays asiatiques restent ceux où le secteur agricole est le plus affecté par les catastrophes climatiques, dont la sécheresse.

La sécheresse, un fléau à l’origine de famines et de conflits

En bout de chaîne, la sécheresse impacte également les populations, principalement celles des pays pauvres ou en voie de développement, déjà menacés par l’insécurité alimentaire.

Aujourd’hui encore, la sécheresse, les crises alimentaires et les famines menacent les populations d’Afrique de l’Est où 20 millions de personnes habitant dans la région de la corne de l’Afrique souffrent de pénurie alimentaire extrême.

Cette situation est provoquée par la période de sécheresse la plus longue de la région depuis quarante ans, les trois dernières saisons de pluies n’ayant pas eu lieu.

Par conséquent, plusieurs pays de la région voient leurs récoltes détruites, leur bétail et les animaux sauvages mourir, tandis que la faim augmente et menace les populations.

La sécheresse et le manque de ressource en eau sont également au cœur de nombreux conflits régionaux et internationaux, principalement en Afrique et au Moyen-Orient.

Enfin, la sécheresse augmente les risques d’épidémies dues à la malnutrition, tout comme les migrations climatiques dans plusieurs régions du monde, essentiellement en Afrique du Nord, en Amérique latine et dans l’Asie du Sud.

D’après l’ONU, ce sont plus de 5 milliards de personnes qui pourraient être menacées par les pénuries d’eau d’ici à 2050.

Conclusion

La sécheresse dans le monde fait partie des changements météorologiques en constante progression. Elle fait référence à une longue période de temps durant laquelle les précipitations sont inférieures aux normes d’une région.

Observée au travers d’annales et de récits au fil de l’histoire, elle est mesurée de manière scientifique depuis plus d’un siècle, période à partir de laquelle elle s’est fortement accentuée.

Bien qu’aucune région du monde ne soit épargnée par la sécheresse, celle-ci impacte principalement l’Afrique subsaharienne.

La sécheresse est provoquée par la baisse des précipitations, accentuée par le réchauffement climatique et les activités humaines. Elle impacte la biodiversité de manière importante, les rendements agricoles, ainsi que les populations les plus vulnérables.

idverde place la préservation de l’eau au cœur de ses priorités. Pour lutter contre la sécheresse et le réchauffement climatique, nous utilisons notre expertise pour la création d’espaces verts durables associée à des techniques d’entretien et de récupération innovantes et résilientes au service de vos projets et de la planète.

Comment lutter contre la canicule en ville ?

Crédit photos : Freepik

Dernières actualités

Voir toutes les actualités

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies