• Accueil
  • Blog
  • Quelles solutions pour plus de nature en ville ?
Espaces verts
03 mars 2022

Quelles solutions pour plus de nature en ville ?

Si jusqu’à maintenant l’urbanisation n’a cessé de croître, aujourd’hui, le besoin de plus de nature en ville se fait sentir.

Dans les années 1950, en France, le taux de population en ville n’excédait pas les 30 %. Selon une étude des Nations Unies, de nos jours, un habitant sur deux serait un citadin. Et cela va même au-delà, puisque ce taux de population urbaine pourrait s’élever jusqu’à 70 % en 2050, (source Cairn).

L’urbanisation devient donc un vrai sujet de société. S’ajoute à cela une nouvelle donnée : depuis quelques années, le besoin pour les citadins de trouver plus de nature en ville devient une vraie priorité. D’autant plus avec la crise sanitaire que nous connaissons.

Mais alors, comment faire pour rendre les villes plus vertes et plus agréables à vivre pour leurs habitants ? En somme, comment faire pour opter pour un urbanisme durable ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Des citoyens de plus en plus tournés vers la nature

Un besoin de nature en ville de plus en plus fort chez les Français

À l’origine, l’attractivité des villes se basait sur l’abondance d’offres d’emploi, de transports et de services. Aussi, au commencement de l’urbanisation, les villes n’avaient pas le même visage que celui que nous connaissons aujourd’hui. La population s’est accrue, le trafic également, tout comme l’affluence dans les transports… Un rythme beaucoup plus stressant et sans accès à la nature pour pouvoir respirer.

jardin partagé

Une sensation de stress et d’oppression qui n’a fait que s’accroître avec la crise sanitaire COVID-19 apparue en 2020 et le confinement. Subitement, les citadins, coincés dans un environnement très urbain, ont ressenti le besoin de se reconnecter à la nature. Aussi, ces derniers se sont sentis beaucoup plus concernés par les problèmes environnementaux. Cela s’est confirmé avec une étude effectuée en mai 2020 par l’Observatoire de l’Habitat Nexity.

En effet, selon cette étude, au sortir du confinement, ce ne sont pas moins de 8 personnes sur 10 qui se disaient conscientes et concernées par l’urgence environnementale. Un chiffre encore plus significatif de cette étude : 90 % des Français seraient prêts à changer leurs habitudes pour avoir un impact positif sur l’environnement. Enfin, plus de la moitié des Français (57 % exactement), sont de plus en plus attentifs à la pollution.

Cela révèle donc bien une chose : les Français souhaitent faire entrer ou faire revenir la nature dans la ville pour améliorer leur cadre de vie et réduire leur impact sur l’environnement. Entre 2018 et 2020, le pourcentage de la population citadine souhaitant renouer avec la nature est passé de 84 à 87 %. Une grande majorité, donc. Plus largement, on ressent chez ces derniers une aspiration à créer des villes plus vertes, plus écoresponsables et durables.

Des citoyens en quête d’un retour à la nature

Dans les faits, les habitants des grandes villes recherchent donc à faire entrer directement la nature dans leur habitat. Que ce soient des balcons ou des terrasses vertes, voire des jardins, ces espaces verts sont très demandés. Toujours selon le sondage de l’Observatoire Nexity, 96 % des citadins trouvent important de pouvoir bénéficier d’un espace extérieur. Et même, presque la moitié des Français souhaite une végétalisation à l’intérieur même de leur habitat, par le biais de murs végétaux ou de constructions en bois, entre autres…

Mais lorsque ce n’est pas possible, les habitants des villes se tournent vers les espaces verts publics. La proximité d’un parc à côté de leur logement devient primordial pour 68 % d’entre eux. Pour 39 %, c’est la proximité d’un jardin partagé qui sera un critère déterminant, et pour 36 %, la présence d’un toit végétalisé, comportant des serres, des potagers, des ruches…

Et si beaucoup personnes se contentent de petits espaces de nature au milieu des espaces urbains, ils sont aussi nombreux à opter pour un changement radical. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, puisqu’en 2020 déjà, 6 Français sur 10 souhaitaient déménager. Pour les citadins vivant en région parisienne ou dans Paris intra-muros, ce ne sont pas moins de 88 % qui songeaient alors à partir. Une tendance qui n’a pu être que renforcée par les confinements à répétition et l’augmentation du télétravail. Se sentir bien chez soi et dans un environnement verdoyant devient une priorité. Certains sont même prêts désormais à s’éloigner de leur lieu de travail pour améliorer leur cadre de vie.

Plus besoin d’être un écologiste convaincu pour opter pour un retour à la nature. Avec l’évolution des modes de travail et la redécouverte des bienfaits de la nature, nombreux sont ceux, de tous profils et de tous horizons, à vouloir partir pour changer de vie. Cela afin de gagner en confort et en espace (verts).

La nature au cœur des villes : les bienfaits des espaces verts sur la santé

Comment rendre les villes plus vertes et plus accueillantes ?

Vous l’aurez compris, les attentes des citadins quant à leurs lieux de vie évoluent. Il devient donc nécessaire pour répondre à ces attentes de faire évoluer les villes. Mais cela ne se restreint pas seulement à améliorer la qualité de vie dans les grandes villes.

Les enjeux sont aussi environnementaux : pollution, bétonnisation, manque de biodiversité Autant de facteurs qui doivent nous pousser à modifier les villes que nous connaissons aujourd’hui pour adopter des aménagements urbains durables et plus respectueux de l’environnement. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe déjà des solutions pour concilier urbanisme et nature.

L’urbanisme durable : une nouvelle façon de penser la ville

Avant de s’intéresser aux solutions pour un urbanisme durable, il convient de le définir. L’urbanisme durable consiste à repenser la ville en permettant d’allier quatre facteurs clés, qui doivent être complémentaires. Le premier, l’écologie. Le rapport à la nature et à la biodiversité doit être au cœur des préoccupations des villes. Le deuxième critère, c’est l’aspect social. L’idée étant de proposer un environnement agréable à vivre pour les riverains, sain, mais aussi équitable et qui permet d’avoir une unité entre tous ces habitants. Ces deux premiers critères ne vont pas l’un sans l’autre.

Et pour que ces deux facteurs puissent se développer au sein des villes, il est indispensable d’en repenser l’organisation. Il faut optimiser l’espace et rendre ces villes plus efficientes. C’est là le troisième facteur qui est un facteur technique. Enfin, c’est sans oublier le critère économique. Car toutes ces améliorations ne peuvent se faire au détriment du développement économique.

L’alliance de tous ces facteurs permet donc d’obtenir une ville à la fois écologique, sociale, dont l’organisation est optimisée et où l’économie n’est pas négligée mais encouragée, sous une nouvelle forme, plus responsable. C’est ça, l’urbanisme durable. Cela implique forcément d’opter pour de nouveaux modes de vie, de nouveaux habitats ou encore de nouveaux moyens de locomotion, mais ces changements ne peuvent être que bénéfiques.

Le développement des écoquartiers

De façon concrète, nous avons pu voir ce nouveau modèle se développer ces dernières années, à l’échelle de quartiers. Ce sont les écoquartiers. Ces écoquartiers sont des « mini » modèles de l’urbanisme durable et se construisent exactement selon les mêmes critères : écologie, social, technique et économie.

Ils se veulent de répondre à des objectifs fixés, notamment, par la loi Grenelle de l’environnement qui a été revue en 2010 (Loi Grenelle 2). Parmi ces objectifs : diviser par 5 la consommation d’énergie des constructions neuves et favoriser les énergies renouvelables.

Pour ce faire, les moyens mis en place sont nombreux. D’abord, le choix de l’emplacement de l’écoquartier. L’idée est toujours de revaloriser les espaces : réutilisation de friches industrielles ou de lieux laissés à l’abandon… Aussi, les écoquartiers recourent tous aux énergies renouvelables. Les matériaux de construction sont, eux aussi, étudiés avec attention et réutilisés lorsque c’est possible. Cela permet de réduire drastiquement la consommation énergétique de ces quartiers. Des systèmes de récupération d’eau de pluie sont également installés, pour permettre la réduction des consommations d’eau. L’eau récoltée permet d’arroser les espaces verts, de nettoyer la voie publique ou d’alimenter l’eau des WC.

Cela passe également par une réduction et une nouvelle gestion des déchets : tri sélectif et composts sont mis en place dans les quartiers et sont ensuite utilisés pour les jardins et les espaces verts.

Le modèle de l’écoquartier prouve donc qu’il est possible de vivre autrement, de façon plus durable. D’ailleurs, ils se multiplient en France, comme le montre la carte interactive des écoquartiers mise en ligne par le Ministère de la Transition Écologique.

mur végétalisé

De nouveaux espaces végétaux à la conquête de l’espace urbain

Une transition s’est déjà amorcée dans de nombreuses villes, pour laisser plus d’espace à la végétalisation et moins au béton. Nous voyons peu à peu de nouvelles structures plus vertes émerger au sein des villes. Jardins suspendus ou pédagogiques, forêts urbaines, réaménagement d’anciens parkings en espaces verts…

C’est le cas notamment à Rouen. La ville est en train de faire installer une canopée sur les allées Delacroix, une zone très fréquentée, ce qui permettra aux habitants et aux passants de mieux respirer.

Biodiversité en ville – comment protéger la faune et flore urbaine

idverde, le partenaire des collectivités pour plus de nature en ville

idverde, le spécialiste des espaces verts et urbains

Chez idverde, nous mettons tout notre savoir-faire au service des collectivités. La création et la gestion des espaces verts, aussi bien intérieurs qu’extérieurs, est notre expertise phare. Parcs, jardins, terrasses, coulées vertes, plans d’eau, sites historiques, de loisirs, sièges sociaux et bâtiments d’entreprises… Nous adaptons nos techniques à toutes les typologies de projets.

C’est pourquoi nous accompagnons régulièrement les collectivités dans leur transition verte. Comme cela a été le cas à Toulouse par exemple, où notre agence a procédé à la débitumisation des sols de l’île du Ramier. Ou encore à Montpellier, et en Lorraine, où nos agences ont planté des mini-forêts de Miyawaki.

Vivre plus vert, la mission du groupe idverde

Au sein même d’idverde, notre politique RSE, construite sur les trois piliers planet, people et performance, est elle aussi tournée vers le développement durable. Nous mettons donc en œuvre tout le savoir-faire de nos experts, pour réaliser des chantiers qui remettent la nature au cœur des projets, en harmonie avec les matériaux minéraux déjà présents.

Toitures végétalisées, végétalisation verticale, taille raisonnée ou architecturale, paysagisme d’intérieur, gestion des eaux raisonnées, récupération des eaux de pluie… Nous disposons de nombreux domaines d’expertises qui favorisent la réapparition de la nature dans la ville, qui est d’ailleurs un leitmotiv que vous retrouverez souvent chez nous sous cette forme : #lanaturedanslaville.

Améliorer le bien-être des urbains grâce à la nature

Le bien-être, qu’il soit de nos salariés ou des citoyens, est l’une de nos préoccupations premières. C’est pourquoi, dans tous nos projets paysagers, nous prenons en compte ce besoin, afin de proposer des environnements où l’on se sent bien.

Moins de stress, plus de lien social, du repos et de la tranquillité, c’est ce que permettent de (re)trouver les espaces verts sur lesquels nos équipes interviennent. Cela peut aussi avoir des vertus pédagogiques, notamment pour les plus jeunes ! Au quotidien, cela se concrétise notamment avec l’entretien ou la création de parcs, de jardins pédagogiques ou thérapeutiques. Et nos agences organisent même régulièrement, dans la France entière, des ateliers thématiques autour de la nature !

Conclusion

Le besoin profond d’un retour à la nature se fait sentir au sein de toutes les populations urbaines ces dernières années. Notamment depuis que la crise sanitaire a frappé en 2020. Pour beaucoup, pouvoir accéder à la nature, par le biais d’espaces verts, de jardins publics ou privés devient une condition sine qua non pour une vie plus épanouie. Certains même, optent pour un changement de vie radical et quittent les villes pour se réinstaller à la campagne.

Mais sans avoir à quitter les villes, nous pouvons constater que petit à petit, ces dernières changent et doivent aussi s’adapter aux besoins de leurs riverains, et surtout aux enjeux climatiques. Peu à peu, nous avons donc vu s’installer des écoquartiers, et de nombreux projets verts dans les zones urbaines.

Une bonne nouvelle pour tous : pour le bien-être et la santé des citadins, mais aussi pour la préservation de l’environnement et de la biodiversité !

Favoriser le développement de la biodiversité, une préoccupation au cœur des projets idverde

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies