• Accueil
  • Actualités
  • Tour d’horizon des labels qui récompensent les bonnes pratiques de l’aménagement paysager
Actualités
12 septembre 2022

Tour d’horizon des labels qui récompensent les bonnes pratiques de l’aménagement paysager

Depuis quelques années, l’aménagement paysager doit répondre aux nouveaux enjeux environnementaux et sociétaux : protection de l’environnement et de la biodiversité locale, respect du cadre de vie des populations, sécurité… Les labels sont donc conçus pour s‘assurer que l’aménagement paysager est pensé dans le respect de ces nouvelles normes.

Mais qu’est-ce que l’aménagement paysager exactement ? Il s’agit d’une « discipline technique, artistique et scientifique, qui consiste à la requalification sanitaire et esthétique d’un sol, en vue de lui adjoindre une plus-value répondant à des besoins sociaux ».

L’aménagement paysager consiste donc à faire cohabiter urbanisme et nature, dans les meilleures conditions possibles, et en répondant au mieux aux besoins environnementaux et sociétaux. Nous allons donc voir quelles sont aujourd’hui les bonnes pratiques de l’aménagement paysager.

Comment pratiquer un aménagement paysager durable ?

Préserver les ressources naturelles

Pour qu’un aménagement paysager soit durable, il faut que son impact sur l’environnement soit neutre et même, qu’il contribue à la préservation des ressources naturelles et de la biodiversité. Pour ce faire, il existe donc des techniques employées par les paysagistes afin de favoriser un paysagisme durable.

D’abord, pour permettre de préserver au mieux les ressources naturelles, il faut mettre en place un écosystème en autogestion. Moins l’action de l’Homme est nécessaire au sein de l’aménagement paysager, plus celui-ci sera durable. Un écosystème autogéré permet donc de minimiser l’entretien mais aussi l’arrosage, grâce à la récupération des eaux de pluie et à un système d’irrigation raisonné.

L’action de l’Homme est donc tout de même nécessaire pour concevoir l’espace au mieux, afin de permettre par la suite le moins d’entretien possible. Il faut réaliser des plantations, pour attirer les insectes pollinisateurs qui contribueront ensuite au bon développement des espaces verts et au maintien de la biodiversité. Une biodiversité indispensable à un aménagement paysager écologique.

Pour encourager le développement de la biodiversité, il est également important de varier les espèces de végétaux, pour diversifier la flore et la faune locale. Il faut aussi veiller à choisir des espèces végétales adaptées à l’environnement et au climat.

Enfin, préserver les ressources naturelles au sein d’un aménagement paysager signifie également de bien choisir les matériaux qui seront utilisés si une construction est envisagée, en préférant des matériaux durables.

Download-5372_s800x800
Selective focus shot of a ladybird beetle on a flower in afield captured on a sunny day

Réduire l’utilisation des produits phytosanitaires

L’une des clés pour un aménagement paysager durable, c’est de proscrire l’utilisation des produits phytosanitaires, qui polluent. S’ils sont initialement utilisés pour protéger la flore des nuisibles, ils ont un impact néfaste sur la biodiversité présente.

En plus d’avoir un impact sur les espèces vivantes, les produits phytosanitaires polluent aussi les sols et l’eau. Les conséquences sont donc beaucoup plus graves que seulement éliminer les nuisibles des espaces verts. D’autant plus que pour lutter contre ces derniers, il existe des méthodes naturelles comme les purins de plantes ou ce que l’on appelle les insectes auxiliaires. C’est le cas des coccinelles qui luttent contre les pucerons.

Toutes les méthodes et actions que nous venons d’évoquer permettent une protection durable de la biodiversité présente.

Protéger la biodiversité

Mais il est possible d’aller encore plus loin pour protéger la biodiversité. D’abord en ajoutant un point d’eau à l’aménagement paysager. Il peut s’agir d’une fontaine ou d’une mare. Une installation plus que bienvenue, notamment dans les régions où le climat est chaud et sec.

Aussi, lorsque cela est envisageable, il est possible de prévoir l’installation d’un poulailler ou de ruches au sein des espaces verts pour rendre la biodiversité toujours plus riche. Enfin, la construction d’abris en bois pour des petits mammifères, comme les musaraignes ou les hérissons, tout comme les hôtels à insectes, est également une façon de permettre d’enrichir la biodiversité présente et de la protéger.

Download-3715_s800x800

Comment idverde améliore l’impact environnemental de ses projets ?

Quels sont les labels qui encouragent la pratique d’un aménagement paysager durable ?

Le Label éco-jardin

Le label éco-jardin, mis en place en 2012, a été conçu par des professionnels de la nature. Il peut être attribué à n’importe quels types d’espaces verts : publics, privés, parcs ou espaces naturels mais aussi cimetièresL’objectif de ce label est d’encourager la gestion écologique et responsable des espaces verts.

Le label peut être décerné à la suite d’audits effectués par des organismes externes et indépendants, qui se basent sur des grilles d’évaluation communes. Ces grilles prennent en compte plusieurs critères, hiérarchisés selon leur importance : essentiels, recommandés et facultatifs.

Les critères peuvent être quantitatifs ou qualitatifs. Ils s’adaptent selon les types d’espaces audités. On trouve donc les critères de politique globale de gestion du site, qui doivent s’appliquer sur l’ensemble des sites, puis les critères relatifs au site audité, comme la connaissance des sols par exemple, et enfin, les critères spécifiques selon les différents types d’espaces verts comme les cimetières, ou les espaces naturels faisant partie d’un patrimoine et qui demandent donc des pratiques particulières.

Le label Espaces Végétaux Ecologiques (Eve)

Le label Espaces Végétaux Ecologiques, aussi appelé Eve, a quant à lui été créé en 2006. Il est décerné par l’organisme bien connu ECOCERT. Le but de ce label est de valoriser les pratiques écologiques, à la fois dans la gestion, mais aussi dans la création et/ou la réhabilitation d’espaces naturels.

Pour ce faire, le label intègre les principes d’une gestion différenciée et écologique également dans la création et la réhabilitation des espaces végétaux, afin d’adopter une logique de développement durable.

Pour obtenir le label Eve, il faut que les gestionnaires des espaces verts respectent plusieurs critères. En premier lieu, un entretien écologique et donc, pas d’utilisation de produits chimiques.

Ensuite, il faut opter pour une irrigation raisonnée, avec notamment la réutilisation des eaux de pluie. Aussi, il faut prouver la volonté d’appliquer une politique économique en eau, avec si besoin, la mise en place d’un plan de réduction de l’utilisation de l’eau. Le sol, quant à lui, doit bénéficier d’une attention particulière et doit être considéré comme un milieu vivant. Il faut donc pratiquer le paillage, apporter de la matière organique, et procéder à un suivi régulier de ces derniers.

Enfin, le label ne pourra être décerné sans preuve de la mise en place d’actions pour favoriser la biodiversité et pour la préservation des ressources naturelles, notamment avec le maintien de végétaux spontanés.

Le label Jardin Remarquable

Le label Jardin Remarquable est un label décerné par l’État, et plus particulièrement par le ministère de la Culture. Il existe depuis 2004 et récompense les jardins et les parcs qui présentent un intérêt qui peut être culturel, esthétique, historique ou botanique. Bien sûr, l’aspect durable et écologique est un critère également pris en compte dans l’attribution du label, qui peut être décerné aussi bien aux espaces privés que publics.

Pour obtenir ce label, il faut que le site réponde à des critères d’exigence et de qualité, à la fois concernant sa composition (c’est-à-dire l’organisation des espaces), la qualité de ses alentours et les éléments remarquables qui s’y trouvent. Cela peut-être des éléments d’architecture ou des fontaines, des plans d’eau… Aussi, la diversité de la faune et de la flore, l’intérêt historique, l’accueil des publics et l’entretien dans le respect de la qualité environnementale sont également de critères prédominants.

En revanche, le label peut aussi bien être attribué à un petit jardin qu’à un grand parc, qu’il soit ancien ou contemporain, de tous les styles et de tous les genres. Pour l’attribution de ce label, l’État se base sur la situation géographique et le plan du jardin, les éléments et les végétaux remarquables, l’historique du site concerné, son descriptif, etc.

Le label Villes et Villages fleuris

Ce label est certainement le plus connu du grand public et dédié uniquement aux communes de France. Vous avez peut-être déjà vu ce panneau situé à l’entrée des villes et villages qui en bénéficient. Aujourd’hui en France, plus de 4 000 communes détiennent ce label. Un label qui veut favoriser la qualité de l’accueil des villes, le respect de l’environnement mais également l’aspect social. Ce label se base d’ailleurs sur les attentes des citoyens des communes concernées.

Une commune qui détient ce label doit donc être à la fois : conviviale, grâce à la présence de parcs et jardins favorisant la réunion des habitants, et attractive, grâce à une flore généreuse tout au long de l’année et un aménagement des espaces verts harmonieux avec le patrimoine et l’identité de la commune.

Enfin, une commune ayant obtenu le label ville et villages fleuris doit également s’engager pour une transition écologique. Cela passe notamment par :

  • la protection de la faune et de la flore,
  • la préservation des ressources naturelles grâce à une irrigation raisonnée et un choix de plantes adéquat
  • la mise en place du zéro-phyto,
  • la valorisation des déchets

Le label Terre Saine

Terre Saine, de son nom complet « Terre Saine, Commune sans pesticides » est un label un peu plus récent que les autres, puisqu’il a été créé en 2014. Depuis sa création, pas moins de 110 collectivités l’ont reçu.

Son but est de valoriser les communes ayant déjà adopter le zéro pesticide et d’encourager celles qui n’ont pas encore sauté le pas. Pour favoriser ces pratiques, des régions ont même développer des chartes, pour inciter et accompagner les collectivités qui le souhaitent dans cette démarche.

Comme c’est le cas des autres labels, celui-ci peut être attribué à la suite d’audits. Les communes qui postulent peuvent être déjà inscrites dans une charte d’accompagnement vers le zéro pesticide, mais ce n’est pas obligatoire. Les audits sont donc adaptés en fonction de ce critère.

Le label Aménagements Paysagers

Aménagements Paysagers est un label qui a été créé par QualiPaysage, destiné aux professionnels de l’aménagement paysager, comme idverde. Pour réaliser les audits et décerner le label, ils ont, eux aussi, choisi l’organisme indépendant ECOCERT.

Pour pouvoir attribuer ce label, ECOCERT se base sur la qualité des travaux entrepris sur les chantiers. Ces travaux doivent évidemment répondre aux critères de conformité énoncés par les documents techniques unifiés (DTU) et doivent aussi respecter les règles professionnelles. L’évaluation passe aussi au crible le cadre global de l’entreprise et ses bonnes pratiques concernant la RSE et la QSE.

Le label Aménagements Paysagers récompense deux types de savoir-faire :

  • les aménagements d’espaces autrement dit les travaux de végétalisation, plantations, irrigation, entretien, etc.
  • les aménagements extérieurs, c’est-à-dire par exemple les maçonneries paysagères, les constructions bois, les bassins, etc.

Le label Génie Ecologique

Enfin, nous terminerons notre tour d’horizon par le label Génie Ecologique. Ce label, comme le précédent, a été créé par QualiPaysage et ce, depuis 20 ans maintenant. Aujourd’hui, ce sont 60 entreprises françaises spécialisées dans le paysagisme qui ont reçu cette certification.

Il peut récompenser 6 spécialités différentes, à savoir la restauration et l’entretien des milieux, la restauration morphologique des sols, le génie végétal, la bio-épuration, la restauration en milieu aquatique et enfin les ouvrages au profit de la faune.

Pour l’obtenir, les entreprises doivent répondre à différents critères, certains communs comme la RSE et la QSE, d’autres spécifiques aux différents métiers comme la sécurité, les ressources humaines, le management environnemental, la communication…

Le label Génie Ecologique a plusieurs finalités : d’abord, aider les entreprises à améliorer leurs pratiques, leur fonctionnement et leur management. Mais aussi, faire connaître leurs techniques et leur savoir-faire auprès des entreprises. Sans oublier la valorisation de leurs démarches dans le respect de l’environnement et des principes de la RSE. Enfin, l’obtention du label permet d’assurer que les pratiques de l’entreprise sont contrôlées par un tiers indépendant.

Conclusion

Obtenir un label d’aménagement paysager, c’est garantir à la fois l’expertise d’une entreprise dans son domaine, mais aussi le respect des bonnes pratiques et des nouvelles normes en termes de RSE, QSE et de protection de l’environnement.

Et les labels sont nombreux, Eve, Terre Saine, Villes et Villages Fleuris, etc. Ils sont tous complémentaires et s’adressent à des acteurs différents : collectivités, professionnels du secteur, espaces naturels publics ou privés… Tous ont la possibilité d’obtenir un label selon la catégorie qui les concerne. Ils peuvent donc ainsi assurer à leur public ou à leurs clients qu’ils agissent dans le respect des bonnes pratiques actuelles de l’aménagement paysager.

idverde, une entreprise durable au service des parcs et jardins

Crédit photo : Wirestock

Dernières actualités

Voir toutes les actualités

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies