Blogs
28 juin 2022

Visite des 10 plus beaux jardins du monde

Avec les évènements qui se sont déroulés ces derniers temps (la crise sanitaire et le retour de la guerre en Europe), nombre d’entre nous ont besoin de déconnecter du monde pour se reconnecter à la nature. Le besoin et la recherche d’espaces verts se fait donc de plus en plus sentir chez les citadins.

Cela s‘explique par aussi le fait que la nature a de nombreux bienfaits sur la santé, psychologique et physique, mais qu’elle est aussi un vecteur de lien social.

Alors ce mois-ci, pour faire grimper votre bien-être, nous vous présentons les 10 jardins les plus beaux du monde !

Le jardin botanique de Rio de Janeiro au Brésil

La ville de Rio de Janeiro, c’est 7 millions d’habitants et un tumulte incessant. Pourtant, au milieu de cet urbanisme galopant, se trouve le Jardim Botânico, le jardin botanique de Rio, un véritable havre de paix et de sciences.

En chiffres, le Jardim Botânico, c’est 137 hectares de verdure, 55 hectares d’espaces publics et plus de 22 000 plantes et arbres du monde entier, appartenant à environ 3 400 espèces, souvent menacées d’extinction. Le Jardim Botânico fait partie des dix plus grands jardins botaniques dans le monde.

Ce jardin a ouvert ses portes il y a plus de 200 ans, en 1808. À l’époque, l’objectif défini par le Roi Dom João VI était d’augmenter les exportations agricoles, en y développant les cutures (épices indiennes, noix de muscade, poivre ou cannelle…). Cela devait permettre au pays de conquérir le marché international. Peu de temps après, le successeur de Dom João VI décida d’ouvrir le jardin à tous.

Avec le temps, le jardin botanique de Rio n’a cessé de croître, grâce à la culture de plantes venues de nombreux pays. Il devient petit à petit une réserve mondiale, regroupant une multitude d’espèces singulières. Se sont alors développés dans le jardin un institut de recherche, plusieurs monuments, ainsi que des serres dédiées à certaines espèces de plantes. Aujourd’hui, il est même possible d’y visiter un musée.

L’année 1937 permettra de reconnaître la beauté du Jardim Botânico, puisque l’UNESCO le classe alors dans la liste du patrimoine historique du Brésil. Puis, un peu plus de 50 ans plus tard, le Jardim Botânico est classé Réserve de la Biosphère, avant d’être intégré dans la Réserve de Biosphère de la Mata Atlântica en 1999.

Les célèbres jardins à la française du château de Versailles en France

Retour en France pour contempler l’art paysager des jardins à la française : les jardins du château de Versailles. Si ce lieu historique est célèbre pour sa grandeur et sa démesure, ses jardins n’en sont pas moins réputés ! Nous sommes bien loin des jardins tropicaux et sauvages, mais à leur manière, les jardins du château de Versailles sont époustouflants !

C’est Louis XIV qui a commandé ces jardins dits « à la française » lors de la construction du Château de Versailles. Avant la Révolution française, les jardins s’étendaient sur plus de 8 000 hectares. Aujourd’hui, ce sont tout de même 830 hectares de jardin et pas moins de 43 kilomètres d’allées pour déambuler.

Sous les ordres du Roi Soleil, c’est le fameux paysagiste André Le Nôtre qui avait imaginé les plans des jardins. Dans ces plans, pas de place au hasard, la nature devait être contrôlée et magnifiée au service du Roi. D’ailleurs, à cette époque, le roi voulait que son château et ses jardins soient à l’image de sa grandeur et rayonnent dans le monde entier. Il faudra en tout 40 ans de travaux pour obtenir ce résultat.

Aujourd’hui, vous pourrez y contempler des parterres de fleurs, de coins isolés, ornés de statues classiques, mais aussi des lacs ornementaux, de nombreuses fontaines et un canal. Chaque année, aux beaux jours, il est possible d’assister au spectacle des eaux musicales dans les jardins du château.

Le jardin Majorelle, un paradis exotique au cœur de Marrakech

Il aura fallu 40 ans pour que le jardin Majorelle devienne ce qu’il est aujourd’hui. À l’origine, un homme, Jacques Majorelle, qui décide de créer ce jardin luxuriant au début des années 1930 au Maroc.

Jacques Majorelle était un peintre français orientaliste. Il découvre l’espace qui deviendra son jardin en 1922. Ce n’était alors qu’un terrain vague. Il décide d’acheter cet espace pour y construire sa maison d’architecte à la fin des années 20.

Le jardin qui entoure cette maison fait aujourd’hui plus de 9 000 m². Une multitude d’allées se croisent, au détour desquelles on découvre ces bâtiments mauresques de style Art déco aux couleurs vives. Le jardin abrite de nombreuses espèces de plantes et d’arbres exotiques, venus de tous les pays du monde. À la fois un sanctuaire et une grande source d’inspiration pour Jacques Majorelle.

Puis, en 1980, le Jardin Majorelle fut racheté par Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, qui l’ont sauvé d’une destruction certaine. À son tour, Yves Saint-Laurent trouvera dans cet écrin de verdure une grande source d’inspiration pour ces créations.

copyright-fondation-jardin-majorelle-nicolas-mathéus

Les jardins de la Villa d’Este, à Tivoli, en Italie

Direction l’Italie, pour découvrir les jardins de la Villa d’Este, à Tivoli. Un palais et des jardins qui ont été aménagés il y a près de 500 ans, par Pirro Ligorio, à l’époque de la Renaissance italienne. La Villa d’Este et ses jardins ont été construits pour le cardinal Hippolyte II d’Este de Ferrare qui souhaitait que son lieu de vie soit à l’image de son statut de gouverneur, qu’il acquiert en 1550.

Ensemble, le palais et les jardins représentent une superficie de plus de 4 hectares. Aussi, ils sont l’exemple le plus parfait et le plus raffiné de la culture de la Renaissance. Pour l’époque, Pirro Ligorio avait réussi à concevoir un véritable jardin d’eau, unique dans l’Italie du XVIe siècle, à la fois innovant, créatif et ingénieux, grâce à ces éléments architecturaux : fontaines, bassins ornementaux, etc.

La Villa d’Este est l’un des premiers exemples de jardins luxuriants. Il a d’ailleurs servi de modèle à de nombreux autres jardins et a sans aucun doute été une influence pour l’évolution des jardins en Europe. Il est aujourd’hui enregistré au Patrimoine mondial de l’UNESCO (source UNESCO).

Les jardins botaniques royaux de Kew, en Angleterre

Les jardins botaniques royaux de Kew se situent à quelques kilomètres de Londres. Ils ont été fondés par la Princesse Augusta en 1759, et abritent aujourd’hui la plus grande collection de plantes et de champignons vivants au monde.

Ces jardins ont d’ailleurs acquis une renommée mondiale pour l’étude des plantes, avec des collections végétales et fongiques qui n’ont été vues nulle part ailleurs. D’années en années, les jardins botaniques royaux de Kew ont contribué au développement des connaissances et de la compréhension de la diversité botanique afin de le mettre à profit pour les générations futures.

Les jardins ont été créés à l’époque coloniale de la Grande-Bretagne. Déjà, les botanistes avaient vu l’intérêt de récolter plusieurs espèces, dans le monde entier, pour les conserver dans un seul et même endroit. C’était le début du travail scientifique de conservation. La collection des jardins botaniques royaux de Kew se compose de plus de 33 000 espèces de plantes, d’arbres et de fleurs exotiques. Aujourd’hui, les botanistes continuent à collecter de nombreuses espèces et à échanger leurs connaissances dans le monde entier.

Ces jardins publics, ouverts à tous, offrent la possibilité de contempler les différentes espèces qu’ils abritent depuis une passerelle en hauteur. Sans oublier les quarante-quatre édifices classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, témoins des différents styles architecturaux des époques qui se sont succédé, qui eux aussi, sont ouverts au public.

Les jardins espagnols de l’Alhambra, à Grenade

Si l’Alhambra a d’abord été conçue comme une forteresse militaire, elle est ensuite devenue une cité royale, à l’époque où les musulmans régnaient en Espagne.

Depuis l’extérieur, les bâtiments ne montrent aucun signe ostentatoire, comme c’est souvent le cas de l’architecture arabe. Néanmoins, les jardins que l’on trouve à l’intérieur de la cité sont d’un grand raffinement.

Des jardins d’inspiration hispano-arabe d’une grande élégance, et qui offrent une quiétude inégalable. On peut contempler dans ces jardins de nombreux canaux, bassins, rigoles, fontaines, ou encore jets d’eau, dans une atmosphère féerique. Ce site est lui aussi enregistré au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Les jardins de Butchart au Canada

Les jardins de Butchart, aussi appelés Butchart’ Gardens, ont émergé de l’imagination d’une femme : Jennie Butchart. Elle était la femme du propriétaire des industries de ciment Portland, qui possédait une carrière de calcaire.

Au début des années 1900, la carrière arrive à épuisement. C’est alors qu’en 1904, Jennie Butchart a cette idée de transformer la carrière de calcaire en jardins luxuriants. Pour y arriver, elle commence donc par ramener de la terre des fermes alentours, par cheval et charrette.

À partir de 1906 et jusqu’en 1929, avec son mari, ils n’ont eu de cesse d’agrandir les jardins, faisant sortir de terre le jardin japonais, le jardin italien et la roseraie. À leur disparition, c’est leur petit-fils qui a récupéré la gestion des jardins et qui y développera l’organisation de concerts en plein air, l’éclairage nocturne en été et la magie de Noël en hiver.

En 1977, c’est l’arrière-petit-fils qui instaura la tradition d’un feu d’artifice annuel. Enfin, il y a un peu plus de 10 ans, l’arrière-petite-fille, actuelle propriétaire des Jardins, y ajouta le Pavillon des enfants et le manège à ménagerie. Aujourd’hui il est possible de contempler des milliers de plantes et de fleurs dans les jardins Butchart, parmi plus de 900 variétés !

Les plus beaux golfs d’Europe – Comment pérenniser les installations de golf ?

Les jardins tropicaux de Nong Nooch en Thaïlande

L’avant-dernier jardin que nous allons vous présenter aujourd’hui est un jardin pour le moins exotique ! Il se trouve en Thaïlande, à Pattaya : ce sont les jardins Nong Nooch. L’histoire de ces jardins remonte en 1954. C’est cette année-là qu’un couple thaïlandais (Monsieur Pisit et Madame Nongnooch Tansacha), décide d’acquérir un terrain pour y faire des plantations.

Mais pendant un grand voyage à travers le monde, Madame Nongnooch Tansacha s’émerveilla devant la beauté des jardins qu’elle a pu voir. Elle décida donc à son retour de créer un jardin luxuriant, sur pas moins de 2,4 km². Un labeur qui aura duré 26 ans pour obtenir le résultat final… Et ce n’est pas un seul jardin qu’elle a reconstitué, mais plusieurs !

Si vous avez l’occasion de vous rendre sur place, vous pourrez admirer un jardin à la française, mais aussi un jardin parsemé de magnifiques poteries thaïlandaises et rempli de palmiers et de fleurs colorées. Enfin, vous pourrez déambuler dans le jardin des arbres formés où se côtoient de nombreuses espèces d’arbres, palmiers, pins et bien d’autres… ! Certains sont d’ailleurs centenaires. Un ravissement pour les yeux et un véritable havre de paix.

ryoan-ji-copyright-kanpaifr

Le jardin du temple de Ryoan-ji à Kyoto

Le dernier jardin dont nous vous parlerons a vu le jour pendant la deuxième moitié du XVème siècle, mais il inspire encore et toujours la paix et la zenitude. C’est le jardin du temple Ryoan-ji, un temple bouddhiste du Japon. Jardin sec, en japonais « karesensui », pour le moins original et unique, il se compose, entre autres, de 250 m² de graviers et de 15 pierres, énigmatiques, cernées de mousse.

Un jardin qui tire son origine du principe du « mitate », qui peut se traduire par la suggestion de quelque chose par le biais d’une autre chose. Un jardin qui invite donc à la contemplation, à la méditation et à l’interprétation.

La création de ce jardin aurait été instiguée par Soami, un moine célèbre de son époque, qui aurait trouvé l’inspiration de ce jardin dans l’un de ses propres tableaux. Depuis 1994, le jardin est inscrit au Patrimoine de l’UNESCO et classé Bien Culturel Important du Japon.

Conclusion

L’art de jardins est un vrai savoir-faire ! Bien que la notion de paysagisme soit différente dans chacun d’entre eux, elle reste primordiale. Que ce soit des jardins tropicaux, à la française, à l’anglaise, ou tout simplement exotique, il existe mille et une façons de prendre soin de ces jardins exceptionnels !

Cela montre, qu’aux quatre coins du monde et de tout temps, les jardins ont toujours été un lieu privilégié, de beauté, de douceur, d’harmonie et de paix !

PS : alors, qu’attendez-vous pour créer votre propre petit paradis de verdure ?

L’importance de la préservation du patrimoine

Crédit photos : chateauversailles.fr, nicolas matheus, kanpai.fr

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies