• Accueil
  • Blog
  • Décryptage : où atterrissent nos déchets ?
Blogs
19 août 2022

Décryptage : où atterrissent nos déchets ?

La bonne gestion des déchets est essentielle pour préserver l’environnement, mais aussi l’humain, sa santé et son cadre de vie.

Comment fonctionne la filière des déchets en France ? Quels sont les enjeux du tri sélectif ? Que deviennent les déchets recyclables et non recyclables ?

D’où proviennent les déchets français ?

En 2018, la production française de déchets s’élevait à un peu plus de 343 millions de tonnes divisée en trois catégories.

La première regroupe les déchets minéraux non dangereux, principalement générés dans le secteur de la construction à hauteur de 224 millions de tonnes.

La seconde contient les déchets non minéraux et non dangereux pour un total de 95,7 millions de tonnes. Elle est dominée par les déchets ménagers (25,9 millions de tonnes), suivis par la filière de traitement des déchets, d’assainissement et de dépollution (20,1 millions de tonnes). Viennent ensuite le secteur industriel (18,2 millions de tonnes), le tertiaire (17,5 millions de tonnes), le secteur de la construction (13,1 millions de tonnes) ainsi que l’agriculture et la pêche (1 million de tonnes).

Enfin, les déchets dangereux représentent 12,1 millions de tonnes, surtout répartis dans les secteurs du traitement / assainissement / dépollution, ainsi que dans les sphères industrielles et de la construction.

Cette même année, 66 % des déchets étaient recyclés ou réutilisés, 28 % étaient éliminés (incinération, décharge, compostage…) et 6 % étaient valorisés énergétiquement (production d’énergies telles que l’électricité, la chaleur ou le carburant).

En France, les déchets ménagers ont doublé ces 40 dernières années et atteignent désormais les 570 kg par an et par habitant. Ils sont approximativement composés de 370 kg d’ordures ménagères et de 200 kg déposés en déchetterie, soit environ 10 % du total des déchets produits.

Les déchets des différentes activités économiques (traitement, assainissement et dépollution, tertiaire, industrie et production d’énergie, agriculture et pêche) représentent 21 % du total produit.

Ceux des entreprises du BTP représentent les 70 % restants.

Le tri sélectif, un enjeu clé dans la gestion des déchets

Le tri sélectif consiste à trier et à récupérer les déchets selon leur nature : papier, métaux, verre, organique… afin de faciliter leur traitement.

Le tri peut se faire à la source, c’est-à-dire par les producteurs de déchets qui opèrent eux-mêmes un tri avant la collecte. Ceux-ci sont ensuite dispatchés dans les différentes poubelles correspondantes grâce à un code couleur.

La seconde méthode de tri sélectif se fait par apport volontaire lorsque le générateur les apporte lui-même dans les différents conteneurs spécifiques, sur la voie publique ou en déchetterie.

La dernière méthode de tri se fait directement en déchetterie par les employés ou par des machines lors des différents processus de traitement et de recyclage.

Quels sont les enjeux du tri sélectif ?

Le tri sélectif protège l’environnement et la santé des populations de différentes manières.

Tout d’abord, le tri sélectif est un acte de dépollution. Celui-ci permet d’éviter la pollution de l’eau, de l’air et des sols, systématique lorsque les déchets ne sont pas pris en charge, avec un impact négatif pour la faune, la flore et la santé humaine.

En second lieu, le tri sélectif permet de réaliser des économies d’énergie et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

En effet, l’extraction, la transformation, la production, ainsi que l’utilisation des différents produits de consommation, matériaux et substances générateurs de déchets coûtent de l’énergie et génèrent des gaz à effet de serre, principaux responsables du changement climatique.

Chaque année, ce sont 23 millions de tonnes de CO2 émises, ainsi que 11 millions de barils de pétrole consommés qui sont évités grâce au recyclage et la valorisation énergétique.

Enfin, le tri sélectif et le recyclage permettent entre autres de préserver les ressources naturelles (matières premières) et d’éviter le gaspillage (réutilisation ou production de nouveaux produits).

Le tri sélectif présente aussi un enjeu d’ordre économique et social.

En France, les métiers et activités liés à la gestion des déchets représentent plus de 110 000 emplois à travers 7 700 entreprises, pour un chiffre d’affaires annuel dépassant les 24 milliards d’euros.

Les déchets représentent également une source d’approvisionnement considérable pour l’industrie française. Ceux-ci approvisionnent par exemple près de 70 % de l’industrie papetière, 56 % de l’industrie du verre et 49 % du secteur de la sidérurgie.

Quels sont les déchets recyclables ?

Le recyclage est un procédé de traitement utilisé pour les produits arrivés en fin de vie. Cette méthode est écologique et permet de réintroduire un ou plusieurs de leurs matériaux pour la production de nouveaux produits.

Les déchets recyclables comprennent les détritus en plastique, en papier, en verre et en métal.

  • Les déchets plastiques concernent les bouteilles, flacons et bidons de produits alimentaires ou ménagers en plastique.
  • Les déchets papiers et cartons sont pratiquement tous recyclables du moment qu’ils sont propres et non souillés comme cela peut être le cas des emballages alimentaires. Ceux-ci comprennent les journaux, magazines, feuilles de papier, cartons, boîtes et emballages en carton, prospectus et publicités.
  • Les déchets ou contenants en verre sont tous recyclables. Parmi eux, nous retrouvons les bouteilles, bocaux, flacons sans bouchons et autres petits pots en verre.
  • Les déchets en métal regroupent les boîtes de conserve en acier, les canettes et les barquettes en aluminium, ainsi que les boîtes, bouteilles ou aérosols métalliques.

Quels sont les déchets non recyclables ?

Parmi les déchets non recyclables nous trouvons le polystyrène, les papiers et emballages sales, les films en plastiques, les seringues et couches-culottes et autres protections hygiéniques.

Les emballages multi-matériaux (carton / bois ou carton / métal), les sachets en plastique, les emballages brillants (comme les paquets de chips) ou encore les tickets de caisse viennent conclure cette liste non exhaustive.

Que deviennent les déchets recyclables ?

Qui dit déchet recyclable dit seconde vie ! En effet, une fois collectés et traités, ceux-ci permettent de créer de nouveaux objets, ainsi que de nouvelles matières premières.

Que deviennent les déchets en papier ?

La consommation française de papier et de carton s’élève à plus de 9 millions de tonnes par an, soit l’équivalent de 130 kg par habitant, une source considérable de matériaux à recycler.

Une fois collectés auprès des particuliers et des entreprises, le papier et le carton sont acheminés par les voies terrestres ou fluviales pour atteindre les centres de traitement.

Dans ces centres, ils sont séparés et triés en fonction de leurs propriétés. Les différentes matières recueillies sont ensuite compactées sous forme de balles et expédiées chez les fabricants de l’industrie papetière.

Le papier et le carton sont ensuite réduits en pulpe pour éliminer les produits résiduels et séparer les fibres de cellulose. La pulpe est désencrée, séchée et reconditionnée sous forme de bobines.

Les bobines issues de carton serviront à recréer du carton. Les bobines provenant de briques alimentaires seront utilisées pour la fabrication de serviettes en papier, papier toilette et autres papiers cadeaux.

Enfin, les bobines de papier permettront de produire de nouveaux livres, journaux et magazines.

pexels-pixabay-159751
pexels-cottonbro-6591424

Que deviennent les déchets en verre ?

Le verre est le matériau phare du recyclage. En effet, celui-ci est recyclable à 100 %, sans perte de qualité et à l’infini !

Lorsque nous parlons du recyclage du verre, nous faisons référence aux bouteilles, pots, bocaux et flacons déshabillés de leurs bouchons et couvercles.

Ceux-ci doivent être triés manuellement par les consommateurs puis déposés dans les conteneurs de verre. Les conteneurs sont ensuite vidés par un camion-grue équipé d’un bras de levage et relevant de votre commune. Une fois dans l’usine de traitement, le verre est à nouveau trié pour en extraire les objets indésirables. Puis il est broyé et transformé en calcin (débris de verre), avant d’être envoyé vers les usines verrières. Le calcin est alors fondu dans un four à la température de 1 400 °C et se transforme en pâte de verre. La dernière étape consiste à mouler, souffler et refroidir cette pâte avant de la transformer en de nouveaux modèles de bouteilles, pots ou bocaux.

A contrario, le verre culinaire utilisé pour la vaisselle ne se recycle pas puisqu’il s’agit en fait de céramique transparente qui ne fond pas à la même température que le verre.

Les verres spéciaux non plus. Parmi eux, ceux des écrans de télévision et d’ordinateur, d’ampoules ou de pare-brise qui doivent être apportés dans des points de collecte spécifiques.

Comment recycle-t-on les piles ?

Le marché des piles représente 1,3 milliard d’unités vendues chaque année, soit l’équivalent de 36 000 tonnes.

De par leur composition toxique (métaux lourds), les piles font partie des déchets dangereux, nocifs pour la santé et l’environnement. Afin d’éviter qu’elles soient jetées dans la nature ou incinérées, les piles doivent être recyclées. Une fois triées, les piles doivent être déposées dans les différents points de collectes prévus à cet effet, en magasin ou en déchetterie par exemple.

Les piles sont ensuite acheminées vers les centres de regroupements régionaux pour être vidées dans des fûts. Une fois que ces fûts atteignent un certain tonnage, ils sont envoyés en centre de tri. Les piles sont alors triées selon leur technologie puis transférées vers des usines de traitement spécialisées.

Les métaux contenus dans les piles sont ensuite extraits grâce à différentes et valorisés en matière première. Ces matériaux servent à la fabrication de nouveaux objets parmi lesquels des piles et batteries neuves, ainsi que différentes pièces automobiles.

Pollution atmosphérique : tour du monde des meilleures initiatives pour lutter contre la pollution

Que deviennent les déchets non recyclables ?

Les déchets non recyclables sont ceux qui ne peuvent ni être réemployés, compostés ou recyclés. Certains sont également non valorisables énergétiquement.

Ces déchets dits “ultimes” subissent des traitements particuliers tels que l’incinération et le stockage dans des conditions strictes afin de préserver la santé publique et l’environnement.

Zoom sur l’incinération des déchets

L’incinération est une technique de traitement thermique des déchets. Celle-ci consiste à les brûler à haute température dans des fours adaptés à leurs caractéristiques.

L’incinération avec valorisation énergétique consiste à utiliser la chaleur générée par la combustion des matériaux. Celle-ci va ensuite être utilisée pour alimenter le réseau de chaleur industriel ou urbain ou alors pour produire de l’électricité. La valorisation énergétique représente la quasi-totalité des incinérations. La valorisation des déchets permet d’utiliser leur potentiel énergétique et de limiter l’utilisation d’énergies fossiles.

L’incinération sans valorisation énergétique correspond à leur élimination.

Focus sur l’enfouissement des déchets

Il existe une autre solution pour les déchets ultimes : il s’agit du stockage, aussi appelé enfouissement.

Par le passé, plusieurs incidents entraînant la contamination des sols et des eaux souterraines ont eu lieu à cause de l’enfouissement des déchets. Depuis, les protocoles sanitaires des sites d’enfouissement sont encadrés par la loi de manière stricte dans le but de protéger l’environnement et la santé publique.

Une fois collectés, ils sont envoyés dans des centres de stockage des Déchets Ultimes (CSDU), autrefois appelés centres d’enfouissement technique.

Il existe plusieurs types de CSDU : ceux dédiés aux encombrants industriels dangereux, ceux pour les ménagers et assimilés, ainsi que les centres prévus pour les déchets dits inertes.

Les CSDU sont composés de casiers indépendants sur le plan hydraulique. Ceux-ci contiennent des alvéoles où sont entreposés les déchets. Les casiers sont entourés de digues étanches composées d’une géomembrane en mélange de fibres textiles en PEHD (Polyéthylène Haute Densité D’enfouissement) et de matériaux drainants.

Les lixiviats sont les eaux produites par le passage des eaux de pluie à travers les déchets. Ces eaux polluées sont récoltées et traitées afin d’éviter tout risque de contamination des eaux à proximité du site. Une fois traitée et épurée, cette eau est rejetée en milieu naturel.

La décomposition des déchets enfouis entraîne également la production de biogaz. Ces biogaz sont hautement toxiques et néfastes pour l’environnement. Cependant, ils peuvent être utilisés comme source d’énergie génératrice d’électricité et de chaleur, une fois traités.

Pour conclure

Les déchets désignent les résidus provenant d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, mais aussi les substances, matériaux, produits ou biens abandonnés par leur détenteur.

La filière des déchets comprend la collecte, le transport, ainsi que les différentes étapes de traitement visant à les recycler, à les valoriser ou à les éliminer.

Leur production provient en majorité du secteur de la construction, suivie par les différents secteurs économiques et par les ordures ménagères.

Les deux tiers des détritus français sont recyclés, le dernier tiers est majoritairement éliminé ou valorisé énergétiquement.

La gestion des déchets participe à la protection de l’environnement et de la santé publique grâce à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, à une production énergétique significative et à la préservation des ressources naturelles.

Journée mondiale du recyclage : comment devenir un #RecyclingHeroe ?

Crédit photos : pixabay, cottonbro, bearfotos

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies