• Accueil
  • Blog
  • Conseils jardinage : comment réussir son jardin en permaculture ?
Blogs
05 août 2022

Conseils jardinage : comment réussir son jardin en permaculture ?

Plus qu’une méthode de jardinage, la permaculture est une véritable philosophie de vie inspirée par la nature, dans laquelle toutes les composantes de la biodiversité vivent en harmonie avec l’humain.

Vous souhaitez découvrir le monde de la permaculture, ses fondements, ses avantages et surtout comment réussir votre jardin en permaculture ? Suivez le guide !

En quoi consiste la permaculture ?

La permaculture fut inspirée par le microbiologiste, agriculteur et philosophe japonais Masanobu Fukuoka au début du XXe siècle.

Elle a ensuite été théorisée et médiatisée à l’aube des années 1980 par le biologiste Bill Mollison et l’essayiste David Holmgren au travers de deux livres fondateurs.

À l’origine, la permaculture est une méthode d’agriculture écologique et naturelle. Désormais largement démocratisée et dans une logique plus globale, celle-ci impacte de nombreux domaines tels que la santé, l’enseignement et la culture, l’alimentation, l’économie, l’énergie ou encore l’habitat.

Définition de la permaculture

Le mot permaculture est une contraction issue de l’expression américaine “permanent culture” utilisée puis reprise au cours du XXe siècle dans le milieu agronome. Le mot permaculture fut utilisé pour la première fois dans le premier ouvrage précédemment cité.

La permaculture est définie comme “un mode d’agriculture fondé sur les principes de développement durable, se voulant respectueux de la biodiversité et de l’humain et consistant à imiter le fonctionnement des écosystèmes naturels”.

Dans une approche plus approfondie et systémique, la permaculture intègre également de multiples notions d’éthique, de philosophie, d’écologie, d’agroécologie, de biomimétisme et d’agriculture biologique.

La permaculture permet aux individus d’observer, de comprendre, et d’imiter l’environnement, de préserver la biodiversité, mais aussi de devenir plus autonomes et résilients à tous les niveaux.

Quels sont les principes de la permaculture ?

La permaculture repose sur plusieurs catégories de principes, valeurs fondamentales, piliers éthiques, philosophiques et holistiques.

Le premier pilier consiste à prendre soin de la nature, c’est-à-dire des sols, des forêts, de l’eau, et de l’air.

Le second est le fait de prendre soin de l’humain, donc de soi-même et des autres aujourd’hui, tout en pensant aux générations futures.

Le troisième et dernier fondement de la permaculture possède différentes formulations. Des expressions telles que création de l’abondance, partage équitable, économie des ressources et redistribution des surplus définissent assez bien le dernier pilier éthique de la permaculture.

Dans la même philosophie, viennent ensuite les différents principes émis par les fondateurs de la permaculture, David Holmgren et Bill Molisson.

Les principes dégagés par David Holmgren dans son livre intitulé Permaculture : principes et pistes d’action pour un mode de vie soutenable sont les suivants

  1. Observer et interagir
  2. Collecter et stocker l’énergie
  3. Créer une production
  4. Appliquer l’autorégulation et accepter la rétroaction
  5. Favoriser les ressources renouvelables
  6. Ne produire aucun déchet
  7. Partir des structures d’ensemble pour arriver jusqu’aux détails
  8. Intégrer plutôt que séparer
  9. Utiliser des solutions à petite échelle et avec patience
  10. Utiliser et valoriser la diversité
  11. Utiliser les interfaces et valoriser les éléments en bordure
  12. Utiliser le changement et y réagir de manière créative

Les principes de la permaculture, émis par Bill Mollison dans l’ouvrage Permaculture : manuel des concepteurs, viennent compléter cette vision :

  1. Travailler avec la nature plutôt que contre elle
  2. La solution se trouve dans le problème
  3. Cumuler les petits efforts stratégiques pour de grands changements
  4. Prévoir l’efficacité énergétique
  5. Penser l’emplacement de chaque élément
  6. Privilégier et valoriser les zones de bordure
  7. Chaque élément est multifonctionnel
  8. Chaque fonction est multi-éléments
  9. Capter et utiliser les différentes énergies renouvelables de manière fluide
  10. Nos seules limites sont celles de notre imagination

Concrètement, qu’est-ce qu’un jardin en permaculture ?

Le jardin en permaculture ou potager en permaculture est sûrement la meilleure méthode pour commencer à mettre en pratique les principes précédemment cités, à petite échelle.

Il se doit d’être efficace (économe en énergie), productif (nourricier), autosuffisant (en utilisant les ressources disponibles et avec le moins d’interventions possibles), résilient (capable de survivre à des chocs imprévus) et personnalisé, c’est-à-dire adapté à votre contexte.

Voici quelques éléments clés constitutifs d’un jardin en permaculture.

L’observation de votre environnement et la conception du plan

Pour commencer, le jardin en permaculture s’inspire de la nature, s’adapte à son environnement, ainsi qu’au contexte de vie et aux possibilités du jardinier. C’est-à-dire aux plantes qui poussent naturellement dans votre jardin, aux animaux et insectes qui y vivent, à l’orientation, aux zones d’exposition au soleil ou au vent, au type de sol, à la superficie, au lieu du jardin, ou encore au temps disponible pour jardiner en permaculture…

À partir de cette observation minutieuse, pourra être effectuée la sélection des légumes et végétaux souhaités en fonction de vos goûts et besoins, des interactions entre eux, ainsi que de leur durabilité (plantes qui se ressèment ou bien plantes perpétuelles).

Le jardin en permaculture s’inspire ensuite du design permaculturel (conception) des fondateurs. Idéalement, un plan complet de jardin en permaculture combine un calendrier de culture et un plan de jardin.

Le jardin en permaculture est divisé en 5 zones, allant de votre habitation au potager, puis au poulailler jusqu’aux éventuels vergers, prairies et forêts. Chaque zone a son utilité, ses habitants et sa périodicité et doit favoriser les économies d’énergie, tant pour l’humain qu’en termes de ressources.

Une fois votre plan de base réfléchi et dessiné, vient la création des parcelles. Celles-ci sont idéalement divisées en 3 zones correspondant aux trois périodes de semis ou de plantations de l’année.

Les caractéristiques fondatrices du jardin en permaculture

Enfin, le jardin en permaculture possède plusieurs caractéristiques incontournables. N’oubliez jamais que ce sont des conseils de jardinage ajustables à votre environnement et à intégrer dans une logique plus globale.

Parmi elles, le mulch ou paillage de l’intégralité du sol permet de conserver son humidité et de le protéger des aléas climatiques.

De plus, le non-piétinement, l’apport d’engrais verts et de matières organiques, ainsi que l’aération mécanique du sol (grelinette ou fourche bêche, mais pas de labourage) aèrent le sol et assurent sa fertilité.

Les bordures ou lisières, les mares, les plantes mellifères ainsi que le fait de laisser des zones sauvages favorisent la biodiversité de votre jardin en permaculture.

Côté techniques de culture, les buttes de permaculture ainsi que la culture en lasagne permettent de s’adapter à tous les types de sols.

Cultiver en permaculture sur la plus petite surface possible permettra un gain de temps, d’énergie et de ressources. Pour cela, privilégiez l’utilisation de cultures en hauteur, plus serrées et plus denses en associant différentes plantes compatibles.

Le jardin en permaculture consiste également à économiser l’eau grâce à des systèmes intelligents et réfléchis au moment du plan, afin de réduire le gaspillage tout en gagnant du temps et de l’énergie.

Pour terminer, le compostage est essentiel pour apporter des matières riches et bénéfiques à votre jardin en permaculture.

Quels sont les avantages d’un jardin en permaculture ?

Préserver et favoriser la biodiversité

Le fait d’utiliser les bordures, lisières, mares et de laisser quelques zones sauvages permet de favoriser la vie de la faune et de la flore environnante.

De plus, le fait de ne pas labourer le sol, de ne pas utiliser de pesticides et de désherbants, de le pailler, de le nourrir avec des engrais verts et des matières organiques préserve et enrichit l’habitat naturel des différents micro-organismes qui fertilisent ensuite votre terre.

Préserver les ressources naturelles

Le jardin en permaculture rime avec économies, et ce, à tous les niveaux. Pour protéger les ressources naturelles, privilégiez la récupération, la conservation et la redistribution sobre et raisonnée de l’eau.

L’eau de pluie est récupérée à l’aide d’une citerne, idéalement connectée aux gouttières de votre habitation.

Des systèmes d’arrosage intelligents tels que le goutte-à-goutte, les oyas ou encore l’arrosage automatique éviteront le gaspillage tout en profitant à vos végétaux.

Les bois morts serviront de bois de chauffage, le gazon tondu de paillage pour le sol, tandis que les plantes dépolluantes assainissent l’air intérieur et extérieur.

Produire en abondance sur un espace restreint

Le fait de produire de manière intensive sur une plus petite surface comporte de nombreux avantages.

Tout d’abord, une petite zone de culture permet d’économiser différentes ressources, telles que l’eau, l’énergie humaine ou encore l’énergie électrique des éventuelles installations automatiques.

Une plus petite surface est également synonyme d’un gain de temps important (arrosage, entretien, déplacements…).

Le fait d’opter pour des cultures intensives sur de petits espaces, horizontaux ou verticaux, rend la permaculture accessible même dans des conditions urbaines plus restreintes.

Enfin, un jardin en permaculture, compacté sur une plus petite surface, libère le reste de votre terrain, qui pourra être laissé à l’état sauvage : cela vous demandera moins d’entretien tout en favorisant la biodiversité.

Protéger la santé

En plus de prendre soin de la terre, le jardin en permaculture a pour fonction de prendre soin de l’humain.

Et quoi de mieux pour prendre soin de l’humain que de veiller à sa bonne santé ?

En permettant la production de fruits et légumes biologiques, c’est-à-dire n’ayant pas reçu de produits chimiques, le jardin en permaculture vous permet de vous nourrir sainement.

Enfin, en concevant un design permaculturel qui prend en compte vos disponibilités, optimise vos déplacements et l’énergie que vous dépensez, le jardin en permaculture devient un véritable plaisir, soutient votre bien-être et préserve votre santé.

Nos conseils et astuces pour initier vos enfants au plaisir du jardinage

légume

3 conseils pour jardiner en permaculture

Analyser et comprendre l’environnement de votre jardin

L’observation et l’analyse du site sur lequel est présent votre jardin en permaculture sont essentielles.

Certains permaculteurs préconisent de passer une journée entière à scruter l’environnement de votre jardin et à prendre des notes avant de faire votre plan.

En procédant ainsi, vous aurez une idée précise des différents paramètres de votre environnement (plantes bio-indicatrices, cycles de l’eau, cycle solaire, vents dominants, climat, microclimats et types de sols…).

Ces différentes informations cruciales vous permettent ensuite de déterminer le choix des végétaux, des animaux, des supports de cultures, ainsi que de leurs emplacements.

aromatique

Imiter la nature

Le meilleur moyen pour imiter la nature consiste à intégrer une forêt comestible, aussi appelée forêt nourricière au sein de votre jardin en permaculture.

Celle-ci imite le développement forestier naturel et voit se mélanger arbres, légumes annuels ou biannuels, plantes grimpantes, champignons, plantes aromatiques et médicinales, sans oublier le bois de chauffage.

Pour mener à bien ce type de projet, le permaculteur doit suivre différentes étapes.

Ainsi, une forêt nourricière est composée de petits arbres, de grands arbres, d’arbres fruitiers et de buissons, de légumes et plantes vivaces, de plantes couvre-sol, de légumes racines et de plantes grimpantes.

Enfin, la forêt comestible peut vous permettre d’être résilient et autonome sur le plan alimentaire, autonome en bois, tout en nourrissant les animaux présents sur votre terrain.

Chaque élément de l’écosystème doit occuper plusieurs fonctions

 

Comme expliqué en début d’article à travers les principes de Bill Mollison, les différents éléments du jardin en permaculture doivent idéalement remplir plusieurs fonctions.

L’exemple le plus parlant est celui de la poule. Elle produit des œufs, de la viande, nettoie et fertilise les sols, consomme les déchets de cuisine ainsi que les insectes potentiellement nuisibles pour vos cultures.

Un mouton peut également servir pour la consommation de viande, mais aussi pour éviter l’invasion d’herbes indésirables.

Enfin, une haie peut produire des fruits tout en faisant office de brise-vent.

poule

Conclusion

La permaculture réunit les savoirs et techniques ancestraux et les innovations de notre époque pour former un nouveau modèle aux antipodes de l’agriculture conventionnelle.

Officiellement théorisée et créée au cours du XXᵉ siècle, la permaculture est axée autour de 3 principes éthiques fondamentaux : prendre soin de la terre, prendre soin de l’humain et partager équitablement les surplus.

De ces 3 valeurs primordiales, découle une véritable philosophie de vie écologique, humaniste et résiliente.

Le jardin en permaculture permet d’appliquer ces principes, en milieu urbain ou à la campagne.

Il repose sur l’observation et l’analyse de l’environnement, sur la planification intelligente, productive et économe, sur la protection des sols, sur l’association des végétaux et la rotation des cultures pour décupler leurs bienfaits.

Enfin, le jardin en permaculture imite les processus de la nature et mise sur la valorisation, la protection et le développement de la biodiversité, ainsi que sur l’optimisation des conditions de travail pour favoriser le bien-être humain.

Conseils et astuces pour entretenir son jardin à l’Automne

 

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies