• Accueil
  • Blog
  • À la découverte de la biodiversité de nos rivières
Blogs
16 septembre 2022

À la découverte de la biodiversité de nos rivières

Mais cet équilibre est fragile et aujourd’hui la biodiversité des rivières est plus que jamais menacée par les activités humaines.

Rivières et cours d’eau, des écosystèmes en permanente évolution

Les rivières et les cours d’eau sont présents sur tout le territoire français. Et leurs abords immédiats constituent des écosystèmes particulièrement riches. En effet, les rivières et les cours d’eau offrent une grande variété d’habitat ce qui permet le développement d’une riche biodiversité aquatique et terrestre.

Quelle est la structure d’un cours d’eau ?

Une rivière est un cours d’eau naturel de moyenne importance qui se jette dans un autre cours d’eau. La plupart du temps, elle évolue dans une vallée au relief plus ou moins escarpé. Les cours d’eau peuvent ainsi s’écouler vers le bas des montagnes, à travers les vallées ou des plaines.

L’eau de la rivière s’écoule dans son lit qui est délimité par les berges. Toutefois, il est important de faire la distinction entre les deux types de lit : le lit mineur correspond au niveau normal du cours d’eau alors que le lit majeur correspond à l’espace maximal sur lequel la rivière peut s’étendre lors des épisodes de crues par exemple. D’ailleurs, lors des crues, le lit majeur d’un cours d’eau peut être entièrement recouvert.

D’autre part, le lit d’une rivière est souvent composé de sédiments comme le sable et les graviers sur plusieurs mètres de profondeur. L’eau qui s’écoule à travers ces sédiments constitue la nappe alluviale. Cette dernière est très importante pour maintenir les écosystèmes aquatiques. En effet, en période de crue, la nappe alluviale est alimentée par les eaux de la rivière. Mais lorsque le débit de la rivière s’affaiblit, ce sont les eaux de la nappe alluviale qui s’écoulent et qui permettent la sauvegarde de la biodiversité aquatique existante.

Les cours d’eau sont aussi composés de berges qui abritent une flore adaptée à cet environnement humide. Ces formations végétales qui se développent sur les bords des cours d’eau sont appelées ripisylve et abritent une partie de la biodiversité des rivières.

 

Comment fonctionne l’écosystème de nos rivières ?

L’écosystème des rivières est formé par la communauté des espèces végétales et animales vivant dans l’espace aquatique mais aussi terrestre.

La particularité de l’écosystème des rivières réside dans le fait qu’il s’agit d’un milieu dynamique en constante évolution. En effet, la forme et la position d’une rivière ne sont pas fixes. Les crues, par exemple, peuvent entraîner le déplacement des sédiments et participer à l’érosion des berges. Ainsi, les berges d’une rivière peuvent reculer, modifiant alors le paysage et la taille des cours d’eau. D’autre part, les facteurs naturels comme la pente et la géologie du territoire déterminent également la forme de la rivière mais aussi son débit.

C’est pourquoi la biodiversité des rivières et des cours d’eau est riche et diversifiée. Car l’environnement est différent d’un cours d’eau à un autre en fonction de son emplacement géographique, du climat etc. Ainsi les écosystèmes des rivières varient d’une région à une autre, car ils sont adaptés à leur habitat naturel.

Quelles biodiversités abritent nos rivières et cours d’eau ?

Grâce à la multitude d’habitats existant aux abords des cours d’eau, la biodiversité des rivières est particulièrement riche. Cela permet le développement d’une faune et d’une flore variée, que ce soit le long des berges, ou dans le milieu aquatique.

Une grande diversité d’habitat pour la faune et la flore

Du milieu terrestre au milieu aquatique, les rivières et les cours d’eau proposent une grande diversité d’habitat à de nombreuses espèces végétales ou animales. Car en fonction de sa situation géographique, du climat mais aussi de sa forme, sa pente et son débit, la rivière abrite une faune et flore différentes.

Tout d’abord les rives des cours d’eau sont des zones naturelles privilégiées pour le développement d’espèces terrestres ou semi-aquatiques. L’eau des rivières est quant à elle peuplée de nombreuses espèces végétales et animales. Et enfin la ripisylve abrite un écosystème riche d’arbres, d’arbustes et de petits mammifères. Bien sûr chacun de ces écosystèmes est lié. Ils interagissent et communiquent entre eux afin d’assurer l’équilibre de la biodiversité des rivières.

Quelles espèces peuplent nos cours d’eau ?

Les rivières et les cours d’eau sont les habitats naturels d’une faune et d’une flore aquatique importante. Certaines espèces aquatiques effectuent tout leur cycle de vie au sein de l’écosystème des rivières. Pour d’autres, elle peut être un lieu de vie de transition. En effet, beaucoup d’espèces ont besoin des écosystèmes des rivières au cours de leur cycle de vie. C’est le cas des oiseaux migrateurs qui utilisent les cours d’eau pour répondre à certains de leurs besoins essentiels

D’autre part, parmi la faune aquatique, il est important de faire la distinction entre les espèces qui ne fréquentent que les cours d’eau et celles qui passent une partie de leur vie en mer. Le brochet par exemple fait partie de la faune des cours d’eau tandis que le saumon et l’anguille évoluent dans les rivières et les mers. Les rivières françaises sont aussi le cadre de vie de nombreux invertébrés comme les sangsues ou les écrevisses.

La biodiversité des rivières se compose également d’amphibiens. Ils peuplent les berges car ils tolèrent mal la déshydratation et doivent rester à proximité d’un point d’eau. Les mammifères sont également très présents le long des rivières françaises. Certains sont fortement liés aux milieux aquatiques comme le Castor d’Europe ou la Loutre d’Europe. Enfin, de nombreux oiseaux comme les canards ou les martins-pêcheurs s’installent le long des cours d’eau car ils y trouvent de la nourriture en abondance. Ils sont totalement dépendants des milieux aquatiques.

Download-3822_s800x800
Download-6939_s800x800

Quelles espèces constituent la flore des cours d’eau ?

Les zones humides sont propices au développement d’une flore riche et variée. La ripisylve, située aux abords des rivières, est généralement composée de nombreuses variétés d’arbres et arbustes.

Mais la flore des cours d’eau est aussi constituée de végétaux qui poussent sur les rives et sur le fond des rivières répartis en deux catégories :

  • Les hydrophytes sont des plantes aquatiques flottantes fixées au lit de la rivière. Les hydrophytes les plus répandues sont les lotus, les nénuphars et les jacinthes d’eau.
  • Les plantes hélophytes sont des plantes semi-aquatiques totalement ou partiellement immergées comme les roseaux ou les joncs. Elles se développent dans le lit des cours d’eau mais aussi sur les berges.

Sans oublier que la flore aquatique est composée d’espèces moins visibles comme les champignons ou algues microscopiques. Malgré leur petite taille, elles jouent un rôle essentiel pour le maintien de la biodiversité des rivières car elles sont consommées par des espèces aquatiques invertébrées.

Pollution lumineuse et sonore : des ennemis de la biodiversité

Quel est l’état de la biodiversité des rivières et des cours d’eau ?

La biodiversité des rivières est en danger. En effet, la destruction des milieux naturels et la pollution des cours d’eau sont les principales causes du déclin de la biodiversité aquatique. De nos jours, les écosystèmes d’eaux douces sont les plus dégradés au monde, ce qui a un impact direct sur la faune aquatique.

Les écosystèmes d’eaux douces sont les plus dégradés au monde

Les écosystèmes des cours d’eau douce sont particulièrement dégradés. Ce déclin de la biodiversité des rivières est le résultat de plusieurs facteurs combinés, tous liés à l’Homme. En effet, les activités humaines ont de fortes conséquences sur l’état de nos rivières. La construction de barrages, la pollution, l’extraction du sable, le réchauffement climatique et l’introduction d’espèces invasives dégradent les habitats naturels de nombreuses espèces.

Selon un dernier rapport réalisé par 16 organisations de conservation, les écosystèmes des rivières sont en danger. Tout d’abord, plus de la moitié des eaux de nos rivières sont considérées comme étant dans un état moyen, mauvais ou médiocre. Et 47 % des cours d’eau français ont une qualité piscicole jugée de moyenne à mauvaise. D’ailleurs, aujourd’hui, un tiers des espèces de poissons d’eau douce est menacé d’extinction à cause de la dégradation des milieux naturels.

Cette perte de la biodiversité des rivières est principalement due aux activités humaines. Car toute introduction de produits indésirables polluants, toute transformation du lit de la rivière ou des berges par la construction de barrage ou toute modification des écoulements des eaux ont un impact sur la vie aquatique. Cet impact peut causer de lourdes pertes voire la disparition totale d’une espèce animale ou végétale.

Le déclin inquiétant des espèces d'eau douce

Le phénomène est mondial : à travers la planète les populations de poissons d’eau douce disparaissent petit à petit. D’ailleurs, selon les experts, le déclin de la biodiversité des rivières est deux fois plus rapide que celui observé dans les océans et les forêts.

51 % des espèces de poissons répertoriées dans le monde évoluent dans les rivières, fleuves et lacs. Or, un tiers de ces espèces est aujourd’hui menacé d’extinction. En France, en 2019, sur 80 espèces de poissons d’eau douce recensées, six ont disparu et 15 sont considérées comme menacées. Ainsi l’esturgeon noir a totalement disparu des cours d’eau français, et l’anguille européenne est en danger critique d’extinction.

Et parmi les espèces en danger, les poissons migrateurs sont les plus menacés. Entre 1970 et 2016, la population de poissons migrateurs d’eau douce a diminué de 76 %. Or ces poissons sont essentiels à l’équilibre des écosystèmes aquatiques. Car en migrant, ils remplissent de nombreuses fonctions. Ils assurent notamment le transport de nutriments et de larves d’un endroit à un autre. Mais la construction de barrages et autres barrières fluviales empêchent les poissons migrateurs de rejoindre leur zone de reproduction ou d’alimentation. Ces ouvrages participent à leur disparition.

Renaturer les cours d’eau pour les préserver

La renaturation des cours d’eau est une solution pour favoriser la biodiversité des rivières. L’objectif de la renaturation est de retrouver l’état naturel des rivières et des milieux associés avant leur dégradation par les activités humaines. Ainsi des aménagements sont réalisés pour recréer des conditions proches de l’état naturel afin d’améliorer la qualité de l’eau et restaurer les écosystèmes aquatiques. La renaturation des cours d’eau accélère la reprise d’un fonctionnement naturel.

La construction de berges artificielles ou de barrages altère la forme et les caractéristiques physiques des cours d’eau. Or, la qualité des berges est essentielle pour développer une biodiversité pérenne mais aussi pour agir sur la préservation et la qualité des cours d’eau. Un cours d’eau sain permet de préserver la faune et la flore aquatique mais aussi de favoriser le retour d’espèces disparues.

La renaturation des cours d’eau a donc pour objectif de créer des continuités écologiques. Celles-ci doivent permettre la libre circulation des espèces, une hydrologie proche des conditions naturelles et le bon déroulement du transport naturel des sédiments. Restaurer les habitats naturels des rivières par la renaturation des berges et des cours d’eau est un engagement durable en faveur de l’environnement et de la biodiversité.

Conclusion

La biodiversité des rivières est menacée. Or, ce milieu naturel est particulièrement riche d’espèces animales et végétales, aquatiques et terrestres. Végétaux, poissons, oiseaux, amphibiens, mammifères, ils ont tous besoin des cours d’eau pour effectuer tout ou une partie de leur cycle de vie.

Depuis toujours, l’Homme aménage son territoire autour des rivières et des cours d’eau. Il en résulte des changements sur leur forme et leur débit perturbant leur bon fonctionnement naturel. Ces modifications des caractéristiques des rivières combinées à la pollution ne sont pas sans conséquence sur la flore aquatique et la faune des cours d’eau.

Aujourd’hui de nombreuses espèces de poissons d’eau douce ont disparu ou sont menacées d’extinction. Pourtant, il n’est pas trop tard pour agir. Car en aménagement durablement les berges et les rives de nos cours d’eau, il est encore possible de restaurer les écosystèmes aquatiques.

Biodiversité en ville : comment protéger la faune et la flore urbaine

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies