Actualités
27 janvier 2022

Les piétons à la conquête des centres-villes

Aujourd’hui, de plus en plus de villes font le choix de piétonniser le centre-ville. De nombreuses municipalités militent activement pour la piétonnisation des centres-villes avec des arguments qui font mouche : protection de l’environnement, amélioration du cadre de vie et dynamisme économique. Force est de constater que le mouvement sans voiture prend de l’ampleur en France.

Dans certaines villes, les automobiles ne sont plus les bienvenues, pour le plus grand plaisir des piétons qui profitent d’un centre-ville sans voiture. Ce n’est pas pour rien que la piétonnisation des centres-villes était au cœur de nombreux programmes politiques lors des dernières élections municipales.

Néanmoins, le sujet fait débat dans les grandes métropoles françaises entre les partisans du sans voiture et les adeptes du déplacement motorisé. Alors quels sont les enjeux de la piétonnisation des centres-villes ? Tour d’horizon des arguments en faveur de ce mouvement qui gagne du terrain.

Piétonnisation des centres-villes, un phénomène mondial

Le phénomène de piétonnisation des centres-villes n’est pas uniquement français. En effet, de grandes villes à travers le monde ont déjà banni les voitures de leur centre-ville. Et cela devrait s’accentuer dans les années à venir, quelle que soit la taille de la ville. Car de plus en plus de villes mettent en place des actions visant à limiter la circulation automobile dans les centres-villes.

De plus en plus de villes adhèrent au mouvement sans voiture

Le mouvement sans voiture se généralise et les actions en faveur de la piétonnisation des centres-villes s’étendent à travers l’Europe. Aujourd’hui, de nombreuses villes européennes emboîtent le pas de Londres ou Amsterdam, mettant en avant des arguments économiques et écologiques. Partout dans le monde, les élus réfléchissent aux moyens de créer plus d’espace pour les piétons tout en réduisant les émissions à gaz à effet de serre.

En Allemagne, en 2018, la plus haute cour administrative a jugé que pour améliorer la qualité de l’air en ville, les municipalités allemandes pouvaient prendre des mesures pour interdire les voitures dans certaines rues. Stuttgart, berceau de Mercedes-Benz et Porsche, a suivi le mouvement et promulgué une loi visant à restreindre l’accès au centre-ville aux véhicules diesel. Cette décision est une première étape vers la piétonnisation des centres-villes. Mais d’autres villes vont plus loin en prévoyant de bannir définitivement toutes les voitures de leur centre-ville.

vélo-espaces verts

En Norvège par exemple, des zones entières d’Oslo sont interdites aux voitures. Cette interdiction a commencé par la suppression d’un millier de places de stationnement dans les rues autour des places et des écoles. S’en est suivie une politique encourageant l’utilisation des transports en commun et la création de pistes cyclables. En quelques années, le paysage urbain a totalement changé. Le cadre de vie de nombreux habitants s’est amélioré, avec notamment moins de nuisance sonore et moins de pollution automobile.

Une réflexion autour de l’aménagement urbain va de pair avec la piétonnisation des centres-villes. En effet, afin de les rendre plus agréables, il faut les repenser pour que les piétons puissent se les réapproprier. C’est la réflexion menée par Madrid, la capitale espagnole. La ville prévoit en effet d’interdire les voitures sur 200 hectares de son centre-ville. Et pour améliorer le quotidien des Madrilènes, un plan d’urbanisme prévoit de réinventer 24 des rues les plus fréquentées afin d’y rendre la promenade piétonne plus agréable.

La mobilité urbaine est aujourd’hui au cœur des préoccupations de tous les pays et toutes les municipalités. Les résolutions internationales et locales en faveur d’un centre-ville sans voiture vont sans aucun doute revoir les habitudes de déplacements de nombreux citoyens.

Les piétons s’emparent des centres-villes aux quatre coins du monde

piétons-lorient

Partout à travers le globe les villes se vident de leurs automobiles. Les projets fleurissent aux quatre coins du monde, promettant aux piétons de pouvoir se réapproprier l’espace urbain sans craindre de croiser une voiture.

En Asie, de grandes mégalopoles développent des projets d’envergure pour limiter l’accès aux centres-villes. C’est le cas de Shanghai qui a, par exemple, entièrement piétonnisé la rue Nanjing. Cette rue historique du centre-ville est aujourd’hui la plus grande rue piétonne de la ville. La rue, longue de 5 km, est animée par de nombreuses boutiques, restaurants et bars pour le plus grand plaisir des habitants et des touristes.

En Australie, la ville de Sydney a décidé d’élargir la zone piétonne le long de George Street, l’une des rues les plus fréquentées du centre-ville. À terme, ce sont 2 km de voies piétonnes qui seront à disposition des habitants et des touristes à Sydney.

Les villes européennes suivent également le mouvement. À Bristol en Angleterre, par exemple, certaines rues qui étaient fermées de façon temporaire aux voitures vont le devenir définitivement. Et Paris, qui a fermé aux voitures les berges sur Seine, vient d’étendre cette interdiction à la rue de Rivoli.

Un phénomène qui gagne du terrain en France

En France aussi le mouvement sans voiture gagne du terrain. À Paris, la municipalité souhaite passer la vitesse supérieure et rendre le centre-ville piéton. Pour commencer, le projet prévoit de limiter la circulation dans les quatre premiers arrondissements du centre à certains types de véhicules. Ainsi seuls les riverains, taxis, navettes électriques, véhicules d’urgence et de livraison pourront circuler. En parallèle, et afin d’augmenter le nombre d’endroits piétons, la ville de Paris organise de nombreux événements pour promouvoir la ville sans voiture. Des zones entières de la capitale sont ainsi fermées aux voitures les dimanches et jours fériés. Et chaque année, une journée sans voiture est organisée. Paris se transforme alors en village piéton, où tous les véhicules motorisés sont interdits à la circulation sur l’ensemble de la ville.

Mais Paris n’est pas la seule ville française à prendre des mesures en faveur des piétons. Les villes de Montpellier, Nantes et Strasbourg sont également des exemples à suivre en matière de piétonnisation des centres-villes. En effet, avec respectivement 22,8 km, 19,9 km et 14,9 km de longueur d’aires piétonnes, elles font partie des villes où le piéton devient roi.

Quels sont les enjeux de la piétonnisation ?

Aujourd’hui, la piétonnisation des centres-villes est au cœur de nombreux débats. En effet, les mesures d’interdictions des voitures dans les villes ne sont pas très populaires. Or, les partisans des villes sans voiture mettent en avant de nombreux arguments qu’il n’est pas possible d’ignorer. Des arguments écologiques, économiques mais aussi de santé publique.

Un enjeu environnemental

L’environnement est l’un des sujets qui préoccupe le plus les citoyens et les élus. L’accord de Paris sur le climat est dans tous les esprits. Et tout le monde a en tête l’objectif qui vise à limiter l’augmentation des températures à 1,5 °C d’ici 2100. Pour y arriver, il semble indispensable que des mesures soient prises afin de limiter l’émission de CO2.

Les zones piétonnes présentent des avantages pour la lutte contre le réchauffement climatique. Actuellement, le transport routier est responsable d’un quart des émissions de gaz à effet de serre. L’un des premiers objectifs des villes vertes est donc de rendre les centres-villes piétons afin de diminuer la pollution automobile. Cela est plutôt efficace car en moyenne, lorsqu’une zone devient piétonne, le niveau d’oxyde d’azote diminue de 25 %. C’est donc un fait, les villes sans voiture permettent d’améliorer significativement la qualité de l’air. Cela est un bénéfice pour l’environnement mais aussi pour les citadins et leur bien-être.

Un enjeu de santé publique

Les centres-villes piétons ont pour objectif d’améliorer la qualité de vie des habitants. Cela les incite à marcher et à opter pour des modes de déplacements plus sportifs. La piétonnisation des centres-villes est alors un enjeu de santé publique.

En France, 15 % de la population est atteinte d’obésité et seulement 24 % des adultes ont un niveau d’activité physique suffisant. Favoriser la marche à pied ou la pratique d’activité sportive est l’une des préoccupations des politiques afin de maintenir une population en bonne santé. Aujourd’hui, 80 % des Français âgés de 18 à 64 ans marchent moins de trente minutes par jour. Au fil du temps, la marche a été remplacée par des modes de transport motorisés : voitures, motos, scooters et transports en commun. Or, la pratique régulière d’une activité physique réduit la morbidité, améliore la qualité de vie et augmente l’espérance de vie.

En rendant les centres-villes piétons, les municipalités souhaitent encourager les citoyens à marcher. Pour cela, il faut réussir à créer de véritables parcours piétons au cœur des villes afin d’allier l’utile à l’agréable.

Un enjeu économique

Les zones piétonnes présentent également un enjeu économique important pour les villes et les commerçants. En effet, la création d’aires piétonnes permet de mettre en valeur les petits commerçants et redynamise le commerce au centre-ville.

Les piétons consomment plus que les passagers d’une voiture. En prenant le temps de déambuler dans les rues, les piétons sont plus susceptibles de céder à un achat plaisir. Ils prennent également davantage de temps et peuvent s’octroyer facilement une pause autour d’un café ou d’une pâtisserie. Les grandes surfaces ont d’ailleurs bien identifié cette tendance. Elles sont de plus en plus nombreuses à ouvrir des drives dédiés aux piétons dans les centres-villes.

Néanmoins, pour que les commerçants puissent profiter pleinement des bénéfices de la piétonnisation de leur quartier, il est important de prévoir quelques aménagements. En effet, il est impératif que la zone piétonne soit facilement accessible par tout type de public grâce à une bonne desserte en transport public et à la création de nombreux parkings aux alentours.

Comment lutter contre la canicule en ville ?

Zoom sur 3 villes où le piéton est roi

Certaines villes sont de réels paradis pour les piétons. Les voitures sont bannies des centres-villes et les modes de transport doux sont privilégiés. À Venise, Amsterdam ou Marrakech, les habitants et les touristes peuvent circuler librement sans craindre les voitures. Petit tour d’horizon de trois villes sans voiture où se déplacer est un réel plaisir !

Venise

Venise est une ville faite pour les piétons. D’ailleurs, le meilleur moyen de circuler dans la ville est sans aucun doute la marche. Au-delà de la beauté des bâtiments, se promener à Venise est un réel plaisir. En effet, la ville est entièrement piétonne, il n’y a aucune circulation automobile. La nuisance sonore provient principalement de la circulation sur le Grand Canal où se croisent gondoles et bateaux taxis.

La ville étant totalement interdite aux voitures, des aménagements ont été faits pour qu’elle reste toutefois accessible. Il existe plusieurs grands parkings aux abords de la ville qui offrent des solutions de stationnement pour quelques heures et quelques jours. Des systèmes de navettes permettent ensuite de rejoindre le centre-ville.

Amsterdam

La capitale des Pays Bas est une ville à la topographie similaire à Venise. Une ville construite autour de nombreux canaux enjambés par plus de 80 ponts. La ville n’est donc pas adaptée aux voitures et celles-ci sont d’ailleurs bannies du centre-ville. Amsterdam a donc, depuis toujours, développé les modes de transport alternatifs.

Avec près de 600 000 vélos pour 750 000 habitants, la ville est devenue la capitale mondiale du vélo. Aujourd’hui, il y a plus de 400 kilomètres de pistes cyclables dans la ville. Et la municipalité est en grande partie responsable de ce succès. Plus de 20 millions d’euros par an sont dépensés pour l’aménagement et l’entretien d’infrastructures cyclistes.

Marrakech

Marrakech est une ville hybride. Une ville avec beaucoup de circulation mais un centre-ville entièrement piéton. En effet, les voitures ont pour obligation de s’arrêter aux portes de la Médina. Ainsi le contraste est saisissant. Une fois passée l’enceinte de la vieille ville, les bruits de klaxons et de moteurs font place au bruit des charrettes et cris des vendeurs.

Une véritable ville dans la ville où le piéton est roi, pour le plus grand plaisir des habitants mais aussi des touristes. Ils peuvent flâner dans les ruelles de la vieille ville sans crainte et profiter des nombreuses boutiques du bazar traditionnel marocain.

Conclusion

La ville se transforme et la ville de demain sera résolument différente de celle d’aujourd’hui. Pour des raisons écologiques, les automobiles disparaissent progressivement des centres-villes. Les habitants retrouvent le plaisir de se promener dans des villes sans voiture et dynamisent l’économie locale en redécouvrant leur quartier.

La piétonnisation des centres-villes est en marche. Les municipalités multiplient les actions pour encourager les habitants à laisser leur voiture au garage. Mais pour que ces actions soient efficaces, il est indispensable d’anticiper certains aménagements. En effet, les habitants des villes ont besoin de se déplacer. Il est donc indispensable de leur proposer des solutions. Car la ville sans voiture est possible uniquement si des alternatives de déplacement sont proposées : aménagement de parking, transport en commun, pistes cyclables, etc.

Les villes les plus vertes d’Europe

 

Dernières actualités

Voir toutes les actualités

idverde utilise des cookies

À l'aide de ces cookies, nous pouvons collecter des informations sur l'utilisation du site Web, entre autres pour l'analyser et l'améliorer. En outre, des tiers placent des cookies de suivi pour vous montrer des offres pertinentes en dehors de notre site Web. Et les cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En cliquant sur «Ok», vous acceptez l'installation de cookies. Si vous ne souhaitez pas autoriser tous les types de cookies, cliquez sur «Ajuster les paramètres des cookies». Vous trouverez plus d'informations sur les cookies et l'utilisation des données personnelles par idverde ici .

Nous utilisons les cookies suivants:
Paramètres des cookies